Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Archives & Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque

-A A A+ imprimer

05/10/2012

Hebdomadaire belge publié de 1936 à 1939 consultable dans l'Iconothèque numérique

Les années 1937, 1938 et 1939 de l'hebdomadaire belge Combat, numérisé à la Digithèque, sont consultables dans l' Iconothèque numérique

L'année 1936 sera ajoutée ultérieurement.

 Accès réservé à la communauté universitaire ULB (accès intranet Iconothèque numérique) ou via ordinateurs dédiés au sein des Bibliothèques de l'ULB . 

 

 

 

Résumé

 

 

Combat, hebdomadaire belge dont le premier numéro parait en juillet 1936 en réaction au danger fasciste qui pèse sur le pays depuis le succès électoral du rexisme.

La rédaction réunit des représentants des partis de gauche et quelques apolitiques, tous convaincus qu’il faut s’y prendre à temps pour éviter ce qui se passe à l’époque en Allemagne.

Denis Marion qui occupe la fonction de rédacteur en chef est entouré de nombreux collaborateurs parmi lesquels Victor Larock, Pierre Vermeylen, Henri Laurent, Emilie Noulet, Albert Aygueparse.

Le style corrosif de Combat a évidemment pour cible Léon Degrelle et ses acolytes. Ce qui ne lui interdit pas de décocher aussi des flèches aux socialistes Paul-Henri Spaak et Henri de Man, accusés de préconiser une politique de neutralité et d’abandonner l’Espagne républicaine.

Combat connaît son heure de gloire en 1938. Léon Degrelle ayant annoncé, le dimanche 7 mars 1938, la démission d’un député rexiste de Bruxelles et de son suppléant, ce qui entraînait une élection partielle, c’est Combat qui imagine la bonne riposte : dès le lendemain matin, une édition spéciale du journal propose la candidature unique du premier ministre Paul Van Zeeland. L’idée fait l’unanimité dans les partis démocratiques et provoque la débâcle électorale du rexisme.

En avril 1939, l’hebdomadaire cesse de paraître, conséquence d’une victoire : la disparition dans l’immédiat du danger fasciste à l’intérieur, et d’une défaite : celle de l’Espagne républicaine, dont le journal avait sans défaillance soutenu la cause.

 

 

 

 

 

©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 4 octobre 2006