Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque > Les documents numérisés

-A A A+ imprimer

Les documents numérisés


Dernières numérisations

COLLIN Françoise, « L'héritage fabuleux » in Sextant, Volume 33, Editions de l’Université de Bruxelles, 2016.

 

 Version texte

 

Résumé

 

Ecrivaine et philosophe, fondatrice des Cahiers du GRIF, Françoise Collin nous a quitté.e.s à l’automne 2012, laissant la scène féministe belge orpheline de l’une de ses figures les plus engagées et les plus influentes sur le plan international. Ce numéro de Sextant souhaite lui rendre hommage et souligner à la fois la singularité et la pertinence de son oeuvre dans notre société contemporaine.
Des textes inédits de Françoise Collin sont suivis de contributions de jeunes chercheures philosophes, historiennes, sociologues ou littéraires qui ont entendu son injonction à recueillir un héritage sans mode d’emploi et se sont approprié sa pensée à la lumière de leurs références et de leurs engagements propres. Un héritage appelé fabuleux en hommage à son premier roman Le jour fabuleux qui raconte l’histoire d’un déménagement, entendons par là cet « aller vers l’inconnu » que Françoise Collin a toujours pratiqué à ses risques et périls dans sa pensée et so  engagement féministe comme dans son écriture.



Le Journal des Tribunaux, Bruxelles : F. Larcier, 1896, n°s 1190 à 1274.

 

 

   

 

Version pdf texte sous image :   1896 (quinzième année)

 

 

 

 

 

 


PREYAT Fabrice, « Femmes des anti-lumières, femmes apologistes », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXXIIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 2016.

 

 

   Version texte

 

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Quelle place les femmes, réputées « querelleuses » selon Richelet, ont-elles occupée dans les échanges polémiques censés garantir leur foi et mettre une sourdine aux propos de «la philosophie» des Lumières? Quelrôle exact ont-elles joué dans le déferlement des affrontements qui ont accompagné la structuration du champ intellectuel et dans l'appropriationpositive de disciplines traditionnellement réservées à l'Église et à ses pasteurs ? Dans quelle mesure leur éducation les a-t-elle préparées à ces échanges pro et contra et à la pratique d'une apologétique chrétienne qui, tout au long du XVIIIe, ne cesse de s'ouvrir stratégiquement aux séductions du siècle? Telles sont quelques-unes des questions qui hantent ce volume.

Depuis Albert Monod, en 1916, il était de coutume de placer l'essor etl'étude de l'apologétique chrétienne entre les terminus a quo et ad quem emblématiques de 1670 et de 1802, soit entre deux oeuvres - Les Pensées et le Génie du Christianisme - et deux figures masculines - Pascal et Chateaubriand-, certes écrasantes de maestria, mais qui obéraient une bibliographie prolixe, avec pour effet de galvauder également toute prisede parole féminine.

 

Loin de céder aux caprices d'une mode académique, le présent volume entend tirer les leçons de la lente acclimatation de l'historiographie française aux études de genres qui a démontré combien cette démarche permettait non seulement de « combler les vides » de l' histoire intellectuelle mais aussi d'affiner la qualité des instruments scientifiques.  En optant pour un titre volontairement ambigu qui recouvre des notions qui se juxtaposent autant qu'elles s'opposent, se croisent ou se confondent, le livre dessine un faisceau d'échanges ou d'interférences, à géométrie variable. Il interroge de la sorte, et de manière féconde, la construction des paradigmes qui ont, depuis la France et la IIIe République, artificiellement structuré les disciplines d'enseignement et de recherche en histoire littéraire et en histoire de la philosophie. En s'attardant sur les zones d'ombre du siècle des Lumières, en rappelant l'intérêt heuristique de polémiques envisagées pour elles-mêmes, il constate le déplacement de ces catégories, outrageusement antagonistes - Lumières, anti-Lumières,antiphilosophie - et trace une voie vers une compréhension plus nuancée de la modernité.

 


STROOBANTS Marcelle, Savoir-faire et compétences au travail.  Une sociologie de la fabrication des aptitudes, Editions de l'Université de Bruxelles, 1993.


  Version pdf image

 

Résumé

Par quel enchantement les travailleurs sont-ils devenus des opérateurs experts? Sous le règne de la qualité totale, ateliers et bureaux sont saisis par le culte du savoir. Partout, des compétences sans précédent sont mobilisées. On ne parle plus d'exécuter des tâches, mais de résoudre des problèmes ou de gérer des situations. Est-ce la crise qui embellit l'image du travail?
Il suffit de chercher des signes de connaissance pour en découvrir. Mais les obstacles traditionnels de la sociologie du travail ne sont pas surmontés pour autant. Il fallait passer au crible les pratiques de recherche pour le démontrer. Sur le terrain, rien ne permet de décider que le travail est objectivement plus complexe qu'avant. C'est toujours la valeur relative de chaque tâche qui lui donne son contenu et rend visible ou invisible un savoir.
Qu'est-ce qui permet, alors, d'entrevoir des compétences méconnues sur le marché du travail? Le fameux trio "savoirs, savoir-faire et savoir-être", qui sert à profiler les emplois et les formations, doit beaucoup aux expériences d'intelligence artificielle. Une incursion dans les sciences cognitives s'impose. Et l'on découvre qu'elles participent activement à la production d'aptitudes particulières... sans parvenir à les expliquer.
Comment se différencient donc les compétences?
La seule manière de le comprendre consiste à suivre les épisodes dont elles résultent et qui méritent bien le nom de processus d'habilitation. Car le mot compétence est, finalement, bien plus riche que l'usage qu'on en fait. Il désigne à la fois le droit de connaître et la connaissance ainsi habilitée.
Au delà de la critique incisive, le principal mérite de l'ouvrage réside dans la perspective qu'il ouvre aux sciences sociales. Ni la sociologie ni les agents sociaux n'ont plus à attendre une révélation venue d'ailleurs.
Cette transgression des frontières entre disciplines intéressera forcément chaque spécialité impliquée. Elle s'adresse plus généralement à tous ceux qui doutent de la nature des savoir-faire.

 


TRUC Gérôme, Assumer l'humanité. Hannah Arendt : la responsabilité face à la pluralité, Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles, 2008.

 

 

 Version texte

 

 

Résumé

 

Sur la responsabilité, Hannah Arendt a livré des réflexions importantes mais éparses. Le versant éthique de La condition de l’homme moderne n’est explicitement développé nulle part dans son oeuvre. Le présent ouvrage poursuit à partir de là un double objectif. Expliciter cette esquisse d’une éthique, en la faisant dialoguer avec celles de Karl Jaspers, Hans ]onas, John Dewey, mais aussi Paul Ricoeur. Ce faisant, trouver aussi un guide pour articuler de manière efficace les multiples conceptions existantes de la responsabilité, tant en philosophie qu’en sciences sociales : responsabilité collective, responsabilité sans faute, responsabilité-dette, responsabilité-promesse, responsabilité

partagée... Cet effort d’éclaircissement conceptuel est requis par les incessantes références à la responsabilité dans nombre de nos débats contemporains. Mais il offre surtout une réponse inédite à une question en apparence triviale : pourquoi certains hommes nous sont-ils étrangers ? L’humanité, selon Arendt, est constituée d’une pluralité d’êtres singuliers, tous irréductiblement distincts les uns des autres - nul n’a donc de raison de nous être plus étranger qu’un autre. Et parce que c’est au sein de cette pluralité humaine que nous agissons, nos actions ont sur les autres hommes des conséquences imprévisibles, qui excèdent toujours nos intentions. Jusqu’à quelle limite acceptons-nous alors d’être tenus pour responsables de ces conséquences que nous n’avons pas voulues ? Refuser d’avoir des comptes à rendre à certaines personnes affectées par nos actions, refuser par conséquent de nous montrer responsables à leur égard, n’est-ce pas là notre motif pour les désigner comme étrangères ? La pluralité lance donc un défi à la responsabilité : jusqu’à quel point sommes-nous capables d’assumer l’humanité ?

 

 


Les collections

Les collections mises en ligne dans la Digithèque sont constituées :

 

  • d'oeuvres sélectionnées par les bibliothécaires datant pour la plupart de la fin du 19ème, début du 20ème siècle.
    Priorité a été donnée aux ouvrages en mauvais état, épuisés, mais encore fort consultés ou présentant une certaine valeur intellectuelle, et tombés dans le domaine public.

     Autres ouvrages
  • d'oeuvres mettant en valeur les patrimoines de l'Université et l'oeuvre d'hommes célèbres ayant accompli une partie de leur carrière à l'ULB.  Ces collections sont valorisées dans des digithèques séparées, avec mise en contexte.

     Digithèque des Editions de l'Université de Bruxelles

    mise en ligne de publications des Editions de l'ULB : ouvrages épuisés qui ne sont plus réédités, 3 têtes de séries (Problème d'Histoire du Christianisme, Problème d'Histoire des Religions, Etudes sur le 18ème siècle) ainsi que la revue Sextant. Pour ces séries, la mise en ligne ne se fait que 7 ans après la date d'édition.

     Digithèque Chaïm Perelman

    créée en 2015, elle renseigne le lecteur sur la vie et l’œuvre de ce philosophe, professeur à l'ULB de 1938 à 1978, par une série de textes illustrés de documents iconographiques et archivistiques inédits. Elle offre également un libre-accès à un nombre important d’articles de Chaïm Perelman, disponibles au format numérique, grâce à l’aimable autorisation de Mme Noémi Mattis-Perelman.

     Digithèque Henri Laurent

    reprend l'oeuvre, tombée dans le domaine public en 2011, d'Henri Laurent, historien (1903-1940) qui fit ses études et mena toute sa carrière à l'ULB.

     Digithèque Henri Pirenne
    reprend l'oeuvre, tombée dans le domaine public en 2005, d'Henri Pirenne, historien belge (1862-1935) qui fit en partie carrière à l'ULB.


     Digithèque Paul Hymans

    créée en 2015, elle reprend l'œuvre, tombée dans le domaine public en 2011, de Paul Hymans (1865-1941) qui fut président de l'ULB de 1934 à 1940.

     Digithèque Histoire de l'ULB et  Digithèque Libre Examen

    créées en novembre 2009 à l'occasion du 175ème anniversaire de la fondation de l'ULB, ces deux digithèques reprennent un ensemble de documents (surtout des livres) sur l'histoire de l'Université et le principe du Libre Examen.

     Digithèque Pierre Gilbert

    créée en 2009, cette digithèque met en valeur la production scientifique de Pierre Gilbert (1904-1986), égyptologue à l'ULB, en accord avec ses ayant-droits.

     Digithèque Philippe Roberts-Jones

    créée en 2015, cette digithèque reprend une partie de l'oeuvre du baron Philippe Roberts-Jones (1924-   ), qui fut professeur à l'ULB de 1957 à 1989. Auteur prolifique, il s'est également consacré à la poésie et à l'histoire de l'art et a composé de nombreux poèmes dès l'âge de 17 ans, rédigé des nouvelles, de très nombreuses préfaces et de nombreux livres d'art et d'histoire.

     Digithèque Revues littéraires belges

    reprend des revues belges en littérature, publiées de la fin du 19ème siècle à 1960, présentant un intérêt majeur pour la connaissance de notre patrimoine littéraire.

    Consulter les documents numérisés de la Digithèque

    Pour chacune des Digithèques, vous pouvez consulter une liste alphabétique des publications numérisées.  Pour certaines d'entre elles, des classements par types de publications ou par années d'édition sont également disponibles.

     

    La consultation de cette liste peut aussi s'effectuer via  Cible+, le catalogue des Bibliothèques : un lien vers la copie numérique est indiqué dans la notice de chaque oeuvre. Pour connaître les documents numérisés par les Bibliothèques de l'ULB, vous pouvez effectuer une recherche uniquement parmi les  documents numérisés par les Bibliothèques de l'ULB.

     

    Vous avez alors accès à  la liste des documents numérisés classés par ordre alphabétique sur le premier mot significatif du titre ou à  un écran de recherche passe-partout, titre ou auteur.

     

    L'utilisation des documents numérisés par les  Bibliothèques de l'ULB est soumise à certaines conditions, explicitées par les  règles d'utilisation des copies numériques.

     

    Attention : pour pouvoir consulter les documents numérisés dans des conditions optimales, veuillez lire nos  conseils.


    ©2006-2017 - Université Libre de Bruxelles - Département des bibliothèques et de l'information scientifique

    Dernière mise à jour : 14 août 2018