Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Archives & Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque > Digithèque Histoire de l'ULB > Ouvrages de la digithèque Histoire de l'ULB > Classement chronologique - Digithèque Histoire de l'ULB

-A A A+ imprimer

Classement chronologique des publications - Digithèque Histoire de l'ULB

Vous trouverez sur cette page la liste, classée par ordre chronologique, des publications disponibles dans la Digithèque Histoire de l'ULB.

 

Attention : pour pouvoir consulter les documents numérisés dans des conditions optimales, veuillez consulter nos  conseils.

 

La Digithèque Histoire de l'ULB compte les ouvrages suivants, par années de publication :

 

1998

FREDERIC François, FAYT René, DEVROEY Jean-Pierre, La Réserve Précieuse haute en couleurs, Bruxelles : Bibliothèques de l'Université libre de Bruxelles, 1998.


    version pdf image

 

 La Réserve des livres précieux, communément appelée « réserve précieuse » trouve son origine dans la « Réserve permanente », partie intégrante de l'ancienne bibliothèque centrale. On y conservait les ouvrages rares et précieux, ainsi que les livres d'art et les ouvrages hors format.

Vers la fin des années soixante, la réserve permanente (RP) devenue trop importante fut scindée en deux parties : les livres d'art (LPA) furent transférés à la Bibliothèque centrale, tandis que les ouvrages anciens, rares et précieux (LPB) formèrent l'embryon d'une nouvelle section : la Réserve des livres précieux. La riche bibliothèque du poète Max Elskamp héritée en 1932 lui fut adjointe ainsi qu'une partie des livres et documents provenant de la bibliothèque de l'historien Henri Pirenne.

En 1973, lors de la création de la Bibliothèque principale des sciences humaines (BPSH, aujourd'hui BSH), la Réserve prit un premier départ en mineur : l'essentiel de son activité consista à procéder au transfert de la plupart des livres anciens (antérieurs à 1800) des magasins de l'ancienne bibliothèque centrale vers la nouvelle section.

Le véritable essor de la Réserve date du début des années quatre-vingt après son déménagement dans le somptueux immeuble de l'ancienne « Maison de l'Amérique latine », situé avenue Legrand, près de l'avenue Louise. Aussitôt un important arrivage vint enrichir la jeune Réserve : les livres et les revues ayant appartenu au dramaturge Michel de Ghelderode offerts à la Bibliothèque de l'Université par les héritiers de Madame de Ghelderode. En plus des livres, le don comprenait du mobilier, des tableaux et de nombreux objets qui peuplaient l'univers intime de l'écrivain. Il fut décidé de reconstituer l'atmosphère de travail de Ghelderode.

Cette pratique s'est perpétuée : la Réserve compte maintenant plusieurs cabinets consacrés à un auteur, à un mouvement ou à un genre littéraire. Cette dimension orienta aussi la collection : la conservation de l'iconographie fut développée.

C'est vers la fin des années quatre-vingt, lors du retour de la Réserve sur le campus du Solbosch, qu'une nouvelle mission lui fut confiée : la recherche et la mise en valeur de la documentation concernant l'histoire du livre de langue française ; la naissance de l'ULB (1834) constituant un excellent terminus a quo symbolique.

À l'heure actuelle, la Réserve est à la tête d'une collection de près de 60 000 volumes, revues, journaux et imprimés divers, et d'un fonds documentaire unique en son genre. Les dons de particuliers et les ensembles de livres reçus par voie testamentaire enrichissent chaque jour ses collections.

 

 

 

1997

DESPY-MEYER Andrée, DEVRIESE Didier, eds., Ernest Solvay et son temps, Bruxelles : Archives de l’Université libre de Bruxelles, 1997.


    version pdf texte sous image

 

 

[...] tout semble réuni pour que l'on n'ignore rien  d'Ernest Solvay et pourtant... À travers la diversité des thématiques abordées, cet ouvrage scientifique abondamment illustré se donne pour objectif de mettre en lumière les multiples facettes d'un Solvay tout à la fois industriel, mécène, homme de sciences et citoyen engagé sur le plan politique et social ; sans pour autant entériner le mythe de l'exemple de Solvay [devant] à jamais rester gravé dans la mémoire de nos jeunes générations.  


En ce qui concerne le rapport de Solvay - ou plus exactement des Solvay - à l'Université Libre de Bruxelles, on retrouve dans cette publication des éléments déjà mentionnés dans les ouvrages commémoratifs  précédents... et plus encore.


Les auteurs traitent évidemment de la genèse de la Cité scientifique du parc Léopold : les Instituts de physiologie, bactériologie et thérapeutique, sociologie, sciences politiques et sociales, de l'École de commerce et des Instituts internationaux de physique et de chimie sur les plans architecturaux comme opérationnels - contribution  inestimable à une époque où l'Université n'avait toujours pas acquis la personnalité civile. Sans oublier l'innovation que représentent pour l'époque les Conseils internationaux de Physique ; initiant ainsi une démarche à la fois scientifique et humaine qui allait permettre à la recherche expérimentale d'éclore et de se développer ; à l'enseignement de cesser de se limiter à des cours ex-cathedra ; aux étudiants de parfaire leurs connaissances en s'ouvrant au concret, à la matière, à l'homme, en formant des chercheurs.


Mécénat éducatif et social ou philanthropie, les manifestations de soutien de la famille Solvay −  et pas seulement en faveur de l'ULB − sont nombreuses et variées : FNRS, home pour enfants, cours d'éducation populaire au POB, Comité national de secours et d'alimentation après guerre, lutte contre la tuberculose...
C'est  toute la Belgique industrielle du XIXème siècle qui surgit à travers le portrait d'un homme, de son temps et de son espace ainsi que la tentative de comprendre en quoi tout ceci influe sur le temps présent.

 

 

1996

DESPY-MEYER Andrée, STENGERS Jean, GUBIN Eliane, HOEBANX Jean-Jacques, Pierre-Théodore Verhaegen, l'homme, sa vie, sa légende, bicentenaire d'une naissance, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 1996.


    version pdf image

 

 

À l'occasion du bicentenaire de la naissance du saint laïque canonisable - ainsi que le désigne Andrée Despy - cet ouvrage collectif se penche sur les multiples facettes du personnage que fut Pierre-Théodore Verhaegen : l'homme, sa famille, son parcours professionnel et politique, ses idées philosophiques et religieuses dont le mythe donne souvent une image erronée, son rapport à la Franc-maçonnerie et bien sûr, la fondation de l'Université libre de Belgique et la légende qui en découle.


Quatorze chapitres thématiques reconstituent minutieusement carrière, polémiques et scandales soulevés par les convictions du père du Libre Examen et ce jusqu'à l'orgie maçonnique de ses hideuses funérailles.

1995

DEVROEY Jean Pierre, BROUWER Christian, eds., Bibliothèques : les Bibliothèques de l'Université Libre de Bruxelles depuis sa création et la Nouvelle Bibliothèque des Sciences Humaines, Bruxelles : Bibliothèques de l'Université libre de Bruxelles, 1995.


    version pdf image

 

La première bougie de la Nouvelle Bibliothèque des Sciences Humaines est l'occasion qui a présidé à la rédaction de cet ouvrage. De manière chronologique, il égrène avec précision les événements qui se sont succédés au cours des 160 premières années d'existence des Bibliothèques. Des origines en passant par l'incendie de 1886, les éternels problèmes de place et déménagement successifs, la division ULB-VUB, ses bienfaiteurs, les difficultés des guerres ou les restrictions budgétaires, mai 68, l'informatisation... Cet ouvrage rassemble toutes les informations existantes sur l'histoire des bibliothèques et écrit les pages de la construction de la Nouvelle BSH sur le campus du Solbosch. Depuis sa programmation et la description d'une bibliothèque rêvée, idéale, en passant par la transposition architecturale de tous ces principes, jusqu'à l'inauguration et au bilan réalisé au terme de sa première  d'activité.

En plus des photographies magnifiques qui l'illustrent, on y trouve le détail des différentes facettes, principes et normes de programmation, des caractéristiques techniques et architecturales mais aussi la description des fonds et des services aux lecteurs, son mode de fonctionnement, ses fiches techniques... Tous les contenus et ressources que protège et diffuse le Navire du Savoir.

 

1993

DESPY-MEYER Andrée, DEVRIESE Didier et al., L'ULB et l'Europe : 30 ans d'histoire commune, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, Service des Archives, 1993.


    version pdf image

 

Catalogue de l'exposition « L'ULB et l'Europe. 30 ans d'histoire commune », qui a eu lieu du premier au vingt-deux décembre 1993, cet ouvrage publié par le service des Archives de l'Université souhaite montrer à quel point [l'Université] a affirmé à chaque fois sa présence aux grandes dates de la construction de l'Europe et combien elle a veillé à ce que son enseignement et sa recherche véhiculent, dès les années '60, l'idée européenne.


Divisé en six parties, il retrace l'historique de la politique internationale de l'ULB, des trente ans d'histoire de l'Institut d'Etudes Européennes, des initiatives des facultés pour « enseigner l'Europe », démontre la vitalité de l'ULB comme partenaire européen dans divers domaines de recherche ainsi que dans les échanges internationaux d'étudiants et s'achève sur 32 pages en couleurs du catalogue de l'exposition proprement dite.

BROUWER Christian, ULB-USA : passé, présent et futur d'une fructueuse collaboration, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 1996.


    version pdf image

 

 

Réalisée à l'occasion de la Journée Américaine à l'ULB (26 septembre 1996), cette publication retrace - les bâtiments en témoignent - la genèse et les fruits de la collaboration entre l'ULB et les USA, initiée lors de la première guerre mondiale et qui se poursuit actuellement par le biais de très nombreux échanges et projets interuniversitaires.

Dès la fermeture des portes en 1914 s'ébauchent les projets de ce que sera l'université au terme du conflit. Les efforts conjoints de l'ULB et de la Rockefeller Foundation permettent de doter l'institution d'une nouvelle école de médecine et d'un campus moderne « à l'américaine ». Ce nouveau site du Solbosch est adapté aux exigences de l'enseignement et de la recherche scientifique. Parallèlement se dessine une véritable politique de recherche scientifique avec la création du FNRS.

Les contributions de la Commission for Relief in Belgium (CRB), la Rockefeller Foundation, la Fondation Hoover et The Universitas Ltd. vont successivement assurer la poursuite de cette collaboration belgo-américaine et permettre l'émergence ou la permanence des projets et relations internationales dans de multiples domaines d'étude et de recherche.

1991

DESPY-MEYER Andrée, DIERKENS Alain, SCHEELINGS Frank, eds., 25 november 1941, de Université Libre de Bruxelles sluit haar deuren, Brussel : Archives de l’Université libre de Bruxelles, 1991.


    version pdf image

 

 

25.11.1941 L'Université Libre de Bruxelles ferme ses portes est le catalogue de l'exposition réalisée conjointement par l'ULB et la VUB pour commémorer en 1991 les cinquante ans de la fermeture des portes de l'Université. Au gré d'un découpage thématique abordant des sujets nouveaux, cet ouvrage traite des nombreuses questions et réactions provoquées par la décision du Conseil d'administration de fermer les portes le 11 novembre 1941.


Quel sort réservé au contenu des cours et à la libre pensée sous la férule d'un commissaire allemand ? Quels risques encourus par les étudiants et membres du corps académique ? Quelles conséquences, à court ou plus long terme, suite à la suspension des cours ? Quelles réactions et alternatives pour les professeurs, assistants, étudiants, personnel technique ? Changer d'université, s'exiler, résister ? Que deviennent les bâtiments?  L'Université fermée n'est-elle plus qu'une simple toile de fond pour les photographies des magazines de mode allemands ? La « Question Juive » est également un des thèmes que traite cet ouvrage et qui n'est abordé nulle part ailleurs dans les nombreuses histoires de l'Université.


Co-rédigé pour les cinquante ans de ce triste anniversaire, ce catalogue retrace ─ jusqu'à la réouverture et au dédoublement linguistique ─  par le biais de témoignages et de documents d'archives, les années de guerre qui ont fait se croiser l'histoire de l'ULB et celle de l'occupation.

 

DESPY-MEYER Andrée, DIERKENS Alain, SCHEELINGS Frank, eds., 25 novembre 1941, l’Université Libre de Bruxelles ferme ses portes, Bruxelles : Archives de l’Université libre de Bruxelles, 1991.


    version pdf image

 

 25.11.1941 L'Université Libre de Bruxelles ferme ses portes est le catalogue de l'exposition réalisée conjointement par l'ULB et la VUB pour commémorer en 1991 les cinquante ans de la fermeture des portes de l'Université. Au gré d'un découpage thématique abordant des sujets nouveaux, cet ouvrage traite des nombreuses questions et réactions provoquées par la décision du Conseil d'administration de fermer les portes le 11 novembre 1941.


Quel sort réservé au contenu des cours et à la libre pensée sous la férule d'un commissaire allemand ? Quels risques encourus par les étudiants et membres du corps académique ? Quelles conséquences, à court ou plus long terme, suite à la suspension des cours ? Quelles réactions et alternatives pour les professeurs, assistants, étudiants, personnel technique ? Changer d'université, s'exiler, résister ? Que deviennent les bâtiments?  L'Université fermée n'est-elle plus qu'une simple toile de fond pour les photographies des magazines de mode allemands ? La « Question Juive » est également un des thèmes que traite cet ouvrage et qui n'est abordé nulle part ailleurs dans les nombreuses histoires de l'Université.


Co-rédigé pour les cinquante ans de ce triste anniversaire, ce catalogue retrace ─ jusqu'à la réouverture et au dédoublement linguistique ─  par le biais de témoignages et de documents d'archives, les années de guerre qui ont fait se croiser l'histoire de l'ULB et celle de l'occupation.

 

 

1988

DESPY-MEYER Andrée, POLLET Isabelle, D’HOORE Marc, Mai 68, 20 ans déjà, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 1988.


    version pdf image

 

 

Cet ouvrage est le catalogue d'une exposition du même titre organisée à l'ULB du 20 avril au 14 mai 1988 et s'inscrivant dans le cadre du festival « Les années choc ».


L'exposition avait pour objectif de faire revivre, de transmettre et de refléter ces deux mois « hors du commun » et le contexte dans lequel l'ULB est devenue plus démocratique.


Après un tour d'horizon de la contestation étudiante, de Berlin à Paris vers Bruxelles, l'ouvrage développe les journées de la contestation, du 13 mai au 10 juillet 1968. Conçue autours des tracts diffusés au cours de cette période et dont les Archives de l'ULB possèdent une collection complète, le catalogue reproduit très abondamment des photographies, affiches, slogans et graffitis de manière chronologique. Le catalogue est divisé en sections qui vont d'une page par jour jusqu'à une page par semaine. Deux autres parties sont consacrées respectivement aux acteurs en présence (Assemblée Libre, étudiants, facultés, contestataires extérieurs, communauté flamande...), aux thèmes abordés alors et classés par chapitres (réformes de l'Université, critique de la société, dédoublement linguistique...) pour se clore sur une réflexion sur les prolongements de mai 68.

1984

UYTTEBROUCK André, DESPY-MEYER Andrée, Les cent cinquante ans de l'ULB (1834-1984), Bruxelles : Université Libre de Bruxelles, 1984.


   version pdf image

 

 

Les cent cinquante ans de l'ULB (1834-1984) est certainement la meilleure production sur l'histoire de l'Université, tant dans la synthèse que fait  André Uyttebrouck des éléments traités dans les ouvrages commémoratifs précédents, que dans la suite qu'il leur donne pour la période 1934-1984. Il récapitule dans une introduction extrêmement claire les débuts de la guerre scolaire, ses antécédents et ses conséquences, de même qu'il rend à Auguste Baron l'initiative de la création d'une université libre à Bruxelles sans enlever à Pierre-Théodore Verhaegen le mérite de lui avoir donné corps et fait passer le cap des 10 houleuses premières années.


À partir de 1934, on retrouve des thèmes déjà développés dans d'autres ouvrages tels l'enseignement bilingue, la seconde guerre mondiale et le déménagement au Solbosch ou encore les services aux étudiants qui regroupent alors un vaste panel d'activités : services sociaux et médicaux, planning familial (Aimer à l'ULB), cités et restaurants universitaires, sports et loisirs, garderie, Commission Culturelle, Cerep, Presses Universitaires de Bruxelles....


Les nouveaux chapitres principaux de l'histoire récente de l'ULB relatent l'acquisition de la Plaine des Manœuvres, la fondation de la VUB, les « événements » de mai 68, les changements profonds dans le régime légal des études, la nouvelle loi sur les subsides de l'enseignement supérieur (1968)...
Divisé en 4 grandes parties, l'ouvrage reprend en détail - chiffres, plans et graphiques à l'appui - les évolutions de l'organisation de l'Université, de l'enseignement et des finances dans leur rapport avec l'État belge, la communauté des professeurs, étudiants et personnel de l'Université, la croissance et la démocratisation progressive des études, sans oublier les Instituts, Écoles, Facultés et institutions académiques diverses. L'ouvrage consacre d'autre part une place importante à la vie à l'Université : cercles étudiants, baptêmes, Saint V, presse et chanson estudiantines.


Pour finir, il s'interroge sur la place et l'avenir de l'ULB dans la société tant au niveau régional qu'international, sur l'état de la recherche et du développement, la coopération internationale (CEMUBAC...), sur l'ouverture vers l'extérieur, la formation et l'emploi et sur son engagement laïque.

1982

Quarantième anniversaire de la fermeture de l'Université libre de Bruxelles : 25 novembre 1941, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, Secrétariat de l'Université, Service des Archives, 1982.

    version pdf image

 

 

Jean Van Welkenhuyzen (Directeur du Centre de Recherches et d'Etudes historiques de la seconde guerre mondiale), le Professeur Jean Stengers, Olivier Bivort (Président du Cercle du Libre Examen) et Andrée Despy-Meyer (Archiviste à l'Université) ont contribué à la rédaction de cet ouvrage.

 


Introduit par un discours du  Recteur  Jean Michot, ce livre reprend les allocutions prononcées lors de la Saint-Verhaegen de 1981, à l'occasion du quarantième anniversaire de la fermeture de l'Université, le 24 novembre 1941. Elles s'intitulent, dans l'ordre, l'Université Libre de Bruxelles au début de l'occupation allemande (juin 1940-mai 1941), La fermeture de l'Université et Pour une Université libre. La fin de l'ouvrage est consacrée à l'Inventaire des dossiers de l'Administration militaire allemande pour la Belgique et le Nord de la France, pour tout ce qui a trait au sort de l'Université au cours de la période 1940-1944, conservé aux Archives Nationales, à Paris. L'annexe contient également le Manifeste de soutien réalisé suite à l'annexion de la Pologne et qui a valu tant de problèmes à ses signataires au cours de l'Occupation.

 

 

1980

DESPY-MEYER Andrée, Les femmes et l'enseignement supérieur : l'Université libre de Bruxelles de 1880 à 1914, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, Secrétariat de l'Université, Service des Archives, 1980.


    version pdf image

 

 

La Loi du 10 avril 1890 est la première à reconnaître formellement aux femmes le droit d'obtenir tous les grades et celui d'exercer la médecine ou la pharmacie. Les premières étudiantes s'inscrivent à l'ULB en 1880-1881. Andrée Despy-Meyer examine et compare la situation des femmes dans les différentes universités belges, puis se penche plus spécifiquement sur le cas des femmes à l'ULB. La suite de l'étude reproduit les tableaux d'inscription des femmes à l'ULB dans toutes les disciplines pour la période 1880-1914 ainsi qu'une liste alphabétique reprenant les noms des étudiantes inscrites aux registres de 1864-1894 et 1894-1924.

1976

DESPY-MEYER Andrée, GOFFIN Pierre, eds, Liber memorialis de l’Institut des hautes études de Belgique, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 1976.


    version pdf image

 

Les Archives & Bibliothèques de l’ULB ont déployé leurs meilleurs efforts pour obtenir le consentement du titulaire des droits sur l’oeuvre ici reproduite, afin de respecter la législation applicable en matière de droits d’auteur.
Toutefois, le titulaire des droits en cause n’ayant pu être identifié malgré les efforts déployés, il a été décidé de reproduire l’oeuvre, étant entendu que celui qui serait titulaire de droits sur l’oeuvre est invité à prendre immédiatement contact avec la Digithèque de façon à régulariser la situation (email : bibdir(at)ulb.ac.be).

1959

BARTIER John, Université libre de Bruxelles, 1834-1959, Bruxelles : Université libre de Bruxelles, 1959.


    version pdf image

 

 

Écrite par  John Bartier à l'occasion du 125e anniversaire de l'Université, cette brochure reprend de manière chronologique et synthétique des éléments de l'histoire de l'ULB détaillés dans d'autres ouvrages à caractère plus thématiques. Ainsi : la création de la Cité Universitaire, l'Université Nouvelle, la fermeture des portes en 1941, le mécénat...


L'auteur développe par ailleurs − dans une partie plus nourrie où chaque section bénéficie d'un chapitre en particulier - la création, l'histoire et l'évolution de toutes les Facultés, Écoles et Instituts créés à l'ULB. Il y traite de certains aspects de l'histoire de l'Université qui ne sont qu'évoqués ailleurs. La création de la Bibliothèque, la garderie, les services de médecine préventive et de « guidance » psychologique, l'enseignement en néerlandais, l'Extension, l'école de Pharmacie ou les relations entre l'ULB et l'Afrique... pour n'en citer que quelques-uns.


Cet ouvrage abondamment illustré de documents d'époque - portraits de professeurs, photographies des laboratoires de Médecine, de Sciences et Sciences Appliquées, des bâtiments, des étudiants, d'inaugurations, des plans d'avenir et constructions - issus pour la plupart des collections du Service de Documentation et d'Information de l'ULB, donne un aperçu synthétique et bien séquencé de l'histoire de l'ULB de 1834 à 1959.

1954

KALKEN Frans, van, L'Université Libre de Bruxelles, Bruxelles : Impr. de l'Office de publicité, 1954.


    version pdf image

 

 

Ce fascicule est destiné aux gens pressés ou aux novices en matière d'histoire de l'ULB. En vingt-sept pages Frans van Kalken retrace l'histoire de l'Université depuis la Révolution de 1830 jusqu'à l'après seconde guerre mondiale, en passant  par la création de l'Alma Mater, les lois organiques, les affaires Dwelshauvers et Reclus, l'Extension, Paul Héger, la CRB et le nouveau Campus. Toutefois, l'épisode de l'occupation de 1940 est très abrégé. Cet ouvrage est également pourvu de photographies de la plaine des sports, des chambres de la nouvelle Cité Universitaire, de la Faculté de médecine Porte de Hal et d'un portrait de Paul Héger. Pour conclure, l'auteur s'interroge sur le brûlant sujet d'actualité : Comment adapter l'esprit des élèves de rhétorique à des épreuves toutes nouvelles pour eux sans fausser le caractère des épreuves du degré supérieur de l'enseignement moyen ?

 

1953

BAUDOUX Pierre, Liber Memorialis des Membres du Conseil d'Administration et du Corps Enseignant des Étudiants et Anciens Étudiants de l'Université Libre de Bruxelles Victimes de la Guerre 1940-1944, Bruxelles : Van Cortenbergh, 1953.


    version pdf image

 

 

Rédigé par Pierre Baudoux - Professeur de la Faculté des Sciences Appliquées et Lieutenant A.K.A (Groupe G) - à la demande de l'Université, ce Liber Memorialis reprend de manière thématique, sur fond chronologique, les noms des membres de l'ULB morts pour la liberté. À l'instar du Liber Memorialis de 1914-1918, l'auteur répertorie patronymes, titres, circonstances et lieux de décès des victimes de la seconde guerre.

Ce répertoire repris à la fin de l'ouvrage sous forme d'index alphabétique est classé par thèmes : décès au sein de l'armée, de la résistance (avec un chapitre spécialement consacré au Groupe G), décès des civils, assassinats, délation, représailles, déportation, combats pour la libération... Même les victimes des bombardements appartiennent "au nombre exceptionnel de héros qui furent formés à l'école du Libre Examen [et qui] la tête froide, [...] sont entrés dans la lutte avec l'ennemi commun de leur pays et de l'idéal qui avait nourri leurs études."

 

1944

LIEBRECHT Henri, L'Université de Bruxelles et la guerre, Bruxelles : Renaissance du livre, 1944.


    version pdf image

 

 

Henri Liebrecht, Professeur d'Histoire des littératures à l'Académie royale des Beaux-arts de Bruxelles, relate les péripéties précédant la fermeture de l'ULB. En contant "la lutte dont l'Université libre de Bruxelles était l'enjeu, en montrant comment elle fut sauvée par le dévouement de son Conseil d'Administration, de son Recteur et de ses Professeurs, [il entend] dénoncer, par un exemple, la duplicité de leurs desseins."

Son récit est composé des témoignages de quelques acteurs du drame dont le Recteur Van den Dungen et les professeurs Léon Cornil, Gustave Charlier, Franz van Kalken et Charles Pergameni. Très détaillées, les anecdotes complètent ou recoupent les informations rencontrées dans quantité d'ouvrages à ce sujet : les négociations avec Walz, Ipsen, Petri, la reproduction de procès verbaux du Conseil d'administration, la correspondance avec l'Administration militaire, mais aussi un courrier de l'AG et de son homologue de la VUB soutenant l'attitude ferme et digne du corps professoral face à l'occupant. Les annexes reproduisent de surcroît le Manifeste du « Flambeau » ainsi que la Lettre ouverte des professeurs de l'Université d'Etat de Gand aux collègues de l'ULB.

 

 

Les Archives & Bibliothèques de l’ULB ont déployé leurs meilleurs efforts pour obtenir le consentement du titulaire des droits sur l’oeuvre ici reproduite, afin de respecter la législation applicable en matière de droits d’auteur.

Toutefois, le titulaire des droits en cause n’ayant pu être identifié malgré les efforts déployés, il a été décidé de reproduire l’oeuvre, étant entendu que celui qui serait titulaire de droits sur l’oeuvre est invité à prendre immédiatement contact avec la Digithèque de façon à régulariser la situation (email : bibdir(at)ulb.ac.be).

 

 

VAUTHIER Marcel, L'Université de Bruxelles sous l'occupation allemande (1940-1944), Bruxelles : Imprimeries Cock, 1944.


    version pdf image

 

L'Université a été rouverte pour faire bénéficier les étudiants de son enseignement à elle ; elle ne peut servir de camouflage à un enseignement qui ne serait pas le sien.

Au cours de ces 158 pages, M. Vauthier relate par le menu les phases par lesquelles sont passés le Corps professoral et les membres de Conseil d'Administration avant de se résoudre - après l'avoir retardée au maximum − à l'inévitable fermeture de leur institution, résultat face à l'occupant d'une incompatibilité sans remède. L'auteur y traite longuement des négociations qui s'imposèrent face à l'arbitraire du commandant militaire lors de la première année de maintien des cours et y reproduit d'édifiants extraits des campagnes de diffamation menées dans la presse.

Depuis les tentatives d'imposer des professeurs « invités » en passant par la volonté d'établir un enseignement bilingue (au demeurant déjà prévu), de nommer des professeurs acquis à l'Ordre Nouveau ou de s'emparer du pouvoir par diverses menaces, cet exposé minutieux s'accompagne de savoureux morceaux de bravoure épistolaire.

Toutefois, le remplacement du premier commissaire par un SS et la résistance avec arrière pensée de sabotage menée par les membres de l'université ne pourront qu'aboutir à la fermeture, rapidement compensée par les cours clandestins dispensés avec le soutien de la Ville de Bruxelles et des membres du Jury Central permettant ainsi aux Bruxellois de réussir leurs examens - bien qu'issus d'une université dont les tendances radicales de gauche et [le] caractère maçonnique constituent un danger permanent pour le paix durable.

 

1934

L'Université de Bruxelles, 1909-1934, Bruxelles : Scripta, 1934.


    version pdf image

 

Il ressort de ce volume - publié pour le centenaire de l'ULB - que la préoccupation principale de l'époque était l'application et les conséquences de la Loi du 21 mai 1929 sur l'organisation de l'Enseignement Supérieur et les bouleversements qu'elle provoque au sein des facultés et de leurs programmes, de la délivrance des diplômes, de l'allongement de la durée des études, de la mise en place des travaux pratiques et le surcroît de travail occasionné pour les professeurs, ce qui s'ajoute, bien sûr, aux conséquences de la Grande Guerre.

Par ailleurs, l'analyse de la période 1909-1914 évoque la première guerre, le nouveau Campus et les aides internationales (CRB, Rockefeller, Hoover, le FRNS...), thèmes que l'on retrouve dans des ouvrages - contemporains ou ultérieurs - plus spécifiques tels le Liber Memorialis des professeurs, étudiants et anciens étudiants ayant participé à la Grande Guerre 1914-1918, ULB - USA, Passé présent et futur d'une fructueuse collaboration et Les cités estudiantines d'hier et d'aujourd'hui.

Enfin des thématiques plus ou moins nouvelles sont traitées plus en profondeur ainsi : l'extension et le rayonnement de l'Université à l'étranger, les missions et découvertes de l'ULB au Congo (notamment favorisées par le Fonds Jacques Cassel), la création de la faculté de Géographie, la Revue de l'ULB, la bibliothèque, la sauvegarde de l'Extension, la création de la Maison des étudiants et des étudiantes, de la Cité Héger, le sport à l'Université et enfin, un long chapitre sur la vie estudiantine, facéties et polémiques... sans oublier quelques chiffres et commentaires sporadiques - mais cocasses - sur la présence des femmes à l'Université et plus particulièrement ceux du professeur de droit Georges Cornil - bien qu'il faut lui rendre grâce d'avoir pensé à en faire mention.

 

 

Organe de la Fédération bruxelloise des étudiants socialistes, "Le centenaire de l’Université libre de Bruxelles, 1834 - 1934", in L’universitaire, 1934.


   Version pdf texte sous image

 

Écrite avec un constant souci de la parfaite objectivité, cette brochure spéciale de la Fédération Bruxelloise des Étudiants Socialistes vise à contribuer à la commémoration du centenaire de la création de l'ULB en diffusant les concepts du libre examen. 

 

Louis de Brouckère y signe un article sur « le libre examen et le socialisme ». « Le libre examen et la science » est l'œuvre de Paul Brien.  Quant à René Jadot, il se charge du « libre examen et la Pédagogie Sociale ». Enfin, Léon Moulin publie le « libre examen et la Jeunesse Universitaire ». 

 

Les quatre derniers Recteurs de l'ULB y voient figurer leurs portraits.  Trois photographies représentent le Musée Moderne, la rue des Sols et le campus du Solbosch. Introduit par un court résumé des cent premières années de l'Alma Mater, ce fascicule contient également une longue liste non alphabétique des grandes figures de l'ULB, des interviews du Recteur et de certains professeurs sur le centenaire et une rubrique « Souvenirs » par E. Koettlitz.

 

Les Archives & Bibliothèques de l’ULB ont déployé leurs meilleurs efforts pour identifier et obtenir le consentement du titulaire des droits sur l’oeuvre ici reproduite, afin de respecter la législation applicable en matière de droits d’auteur.  Dans certains cas, des recherches sont toujours en cours.

Toutefois, le titulaire des droits en cause n’ayant pu être identifié ou contacté malgré les efforts déployés, il a été décidé de reproduire l’oeuvre, étant entendu que celui qui serait titulaire de droits sur l’oeuvre est invité à prendre immédiatement contact avec la Digithèque de façon à régulariser la situation (email : bibdir(at)ulb.ac.be).

 

1909

Université libre de Bruxelles, éd., 1884-1909, l'Université de Bruxelles, LXXVe anniversaire de la fondation : relation des fêtes, novembre 1909, Bruxelles : Weissenbruch, 1910.


    version pdf image

 

Cet ouvrage relate en détails les trois jours de manifestations qui ont couronné l'anniversaire du septante-cinquième anniversaire de l'Université (du 19 au 21 novembre 1909). Il reprend les textes des leçons et discours, programmes de théâtre etc. 

Pour la première journée, réception à l'Hôtel de Belle-Vue et de Flandre ; séance académique à l'hôtel de ville et représentation de gala au Théâtre royal de la Monnaie. Le deuxième jour, fête commémorative au Théâtre communal et Banquet dans la Salle des Fêtes de la Madeleine. Enfin, le troisième jour, hommage aux bienfaiteurs de l'Université au Parc Léopold ; visite des Instituts ; conférences sur Le Libre Examen en matière scientifique par Henri Poincaré, L'Esprit scientifique et la méthode de l'Histoire littéraire par Gustave Lanson et Biologie constructive et biologie destructive.

 

 

 

GOBLET d’ALVIELLA Eugène, 1884-1909, l’Université de Bruxelles pendant son troisième quart de siècle, Bruxelles : M. Weissenbruch, 1909.


    version pdf image

 

 

Là où, auparavant, les Facultés étaient décrites comme un ensemble, Eugène Goblet d'Alviella - après une « histoire générale » de ce qu'il est advenu de l'ULB entre 1884 et 1909 - charge des professeurs de faire un historique détaillé des 12 Facultés, Écoles et Instituts rattachés à l'Université. Ces chapitres répertorient - pour la première fois et par le menu - les déménagements, innovations, politiques scientifique et d'enseignement, découvertes scientifiques, locaux, diplômes, programmes et créations de cours... qui ont eu lieu à l'ULB depuis sa création jusqu'à 1909, 75ème année académique.


Si facultés, professeurs, sociétés d'étudiants ou Union des Anciens Étudiants avaient été mentionnés dans les publications antérieures, cet ouvrage traite d'aspects nouveaux de l'histoire de l'Université à savoir : le Musée scientifique (zoologie et anatomie comparée), la Bibliothèque de l'Université (incendie, création, collections et chiffres (édifiants) sur le taux de fréquentation), l'Extension de l'ULB dans les détails de sa création, de son fonctionnement, de ses buts et méthodes.  Il fait également allusion aux Expositions Universelles, aux Concours universitaires, à la création de la Maison des étudiants, à l'admission des jeunes filles [...], de même qu'aux bourses d'étude, pour se clore sur les habituels et index alphabétiques des professeurs, annexes,  publications, étudiants lauréats...


Pour l'auteur, le seul point noir pour l'avenir reste l'absence de personnification civile des universités en Belgique.

 

1897

Université libre de Bruxelles : 63me année académique : notice sur l'exposition universitaire en 1897, Bruxelles : Hayez, 1897.


    version pdf image

 

 

L'avant-propos de cet ouvrage en résume ainsi son contenu : "La brochure que publie l'Université libre de Bruxelles à l'occasion de sa participation à l'Exposition organisée à Bruxelles en 1897, au Parc du Cinquantenaire, contient une notice succincte sur chacun de ses différents instituts ou laboratoires, ainsi qu'une bibliographie comprenant toutes les publications du corps professoral. Pour la Faculté de philosophie et lettres et pour la Faculté de droit surtout, qui ne se servent ni de laboratoires ni d'appareils, on a pensé qu'il serait utile de dresser une liste des livres publiés par les professeurs." Mine iconographique, ce livre reproduit de nombreuses vues intérieures et extérieures des instituts et laboratoires : Institut de botanique, auditoires, cabinet de physique, école de pharmacie, ainsi que des programmes de cours, des planches botaniques, un article sur l'Extension et la bibliographie de nombreux professeurs.

 

1884

VANDERKINDERE Léon, L'université de Bruxelles 1834-1884, notice historique, Bruxelles : P. Weissenbruch, 1884.


    version pdf image

 

Pour le 50e anniversaire de l'Université, c'est Léon Vanderkindere qui est chargé par le Conseil d'Administration de rédiger la Notice Historique.

Dans le chapitre consacré aux origines de l'établissement, il est intéressant de constater qu'il est le premier à s'interroger sur les offres d'enseignement supérieur antérieures à 1830. On découvre notamment la préexistence d'une école de Médecine et de cours de Sciences et de Belles-lettres donnés au Musée par - entre autres fondateurs de la future université - Baron, Quetelet ou Lesbroussart. Les intentions de l'Épiscopat d'ériger une université catholique à Malines - à mettre en rapport avec les convictions des libéraux et de Verhaegen - donnent également une idée très précise d'un processus face auquel, en 1834, l'hésitation n'était plus permise.

En relatant l'histoire de l'Université à la lumière des lacunes, aléas et évolutions des législations de 1835, 1849, 1857 et 1876, l'auteur apporte un éclairage contextuel très précis et concluant sur des thématiques aussi étroitement liées que la constitution des Jurys d'examens, les polémiques sur le mode de délivrance des diplômes, le « Régime de liberté absolue des universités » ainsi que sur les débats contre la suppression de l'examen d'entrée, les « boutiques à diplômes » et leurs conséquences sur la mise en place et le développement d'un enseignement supérieur de qualité en Belgique.

 

 

 

 

1860

L'Université libre de Bruxelles pendant vingt-cinq ans, 1834-1860. Statuts, discours, rapports, tableaux des cours et des professeurs, etc., Bruxelles : Fr. Van Meenen et Cie, 1860.


    version pdf image

 

"Les hommes convaincus d'avance se soumettent à l'autorité : les esprits libres n'ont aucun motif pour modifier leur jugement."


Publié à l'occasion des 25 premières années d'existence de l'Université, ce recueil reproduit les Statuts organiques et rassemble en un corpus complet les textes des discours, rapports, tableaux des cours et des professeurs, procès verbaux du conseil d'administration... Cette compilation donne également accès à de nombreux chiffres ayant trait aux finances de l'Université (souscriptions, mécénat, rapports d'activité...) ainsi qu'au taux de fréquentation des étudiants ou à la réussite aux examens du Jury Central.


Les discours d'ouverture des Séances Académiques des Baron, Verhaegen, Orts, Van Meenen, Ahrens ou Altmeyer sur 25 années permettent de resituer dans leur contexte des débats et querelles à propos de sujets semblant parfois aller de soi aujourd'hui. Le contenu de ces discours montre à quel point les détracteurs de l'Université [...] ne se lassent point, tantôt de front et à découvert, souvent à l'ombre et sourdement, de dénaturer ses principes et son caractère ; il faut bien [se résigner] à la tâche pénible et ingrate, car elle est épuisée, usée, de la défendre et de la venger.


Ces textes sont de surcroît une inépuisable mine de citations − parfois cocasses ou surannées − mais dont ressort toujours l'indéfectible attachement de ses membres aux grands principes fondateurs de leur Alma Mater : former librement des hommes libres, indépendamment de l'État et de l'Église, [...] toute entière consacrée à la science, rien qu'à la science.


La fin de l'ouvrage donne également, par ordre alphabétique, la liste bio-bibliographique des professeurs, de même que celle des agrégés, lauréats de concours universitaires. Il s'achève sur les Statuts de l'UAE et sur le règlement d'attribution des Bourses d'études.

 

 

 

 

Publications non datées

DES MAREZ Guillaume, L'Université Libre de Bruxelles 1834-1930 : son origine, son développement et son activité, Bruxelles : Impr. Charles Bullens, [s.d.].


    version pdf image

 

 

Telle est, présentée en un raccourci trop sommaire, l'histoire presque centenaire de l'Université libre de Bruxelles. Les vingt-neuf pages de cet ouvrage, en hommage aux bienfaiteurs de l'Université, retracent brièvement les étapes de constitution de l'ULB depuis les origines jusqu'aux années trente. Quelques planches reproduisent l'habituelle succession des locaux occupés par l'Université mais moins courants sont les clichés d'une salle de travaux pratiques de physiologie ainsi que la salle de lecture de la bibliothèque de l'Université, avenue des Nations (c'est-à-dire l'avenue Franklin Roosevelt).

 

 

Liber Memorialis des Professeurs, Etudiants et anciens Etudiants de l'Université libre de Bruxelles ayant participé à la Grande Guerre (1914-1918), Bruxelles : Lamberty, [s.d.].


    version pdf image

 

 

Rédigé à la demande du Recteur Léon Leclère et publié à l'initiative du conseil d'Administration deux ans après la fin du conflit, ce petit ouvrage en deux parties traite essentiellement du sort des membres des facultés de Médecine et de Polytechnique.


La première partie, écrite par le Professeur et Dr.  A.P Dustin dans un style délibérément hagiographique, énumère - sur fond événementiel - les morts de la Faculté ainsi que les circonstances et lieux de ces décès. Il évoque également l'action de l'Armée Coloniale et reproduit d'abondants extraits de citation à l'honneur.


Enfin, il s'arrête à l'œuvre du Dr. Depage et aux avancées apportées par l'Ambulance de l'Océan dans les domaines scientifiques et médicaux, le modèle qu'elle représente à l'étranger de même que son influence sur la réorganisation des services sanitaires au sein de l'armée. Il rend hommage au travail des femmes médecins.


Pour la Faculté de Polytechnique, le Professeur C. Chargois livre une intéressante analyse du déficit de techniciens et des retards techniques du début de la guerre dus - à son sens - à une sous-évaluation par l'État-Major des besoins d'une guerre « moderne ». Il propose par la suite un historique de l'intégration des ingénieurs au sein d'une armée contrainte à se moderniser rapidement. Cet ouvrage se clôture sur la liste alphabétique des professeurs, étudiants et anciens étudiants ayant participé au conflit, accompagnés de leurs titres et fonctions.

 

©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 17 novembre 2016