Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Archives & Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque > Digithèque Henri Pirenne > Biographie > Le maître

-A A A+ imprimer

III. Le maître

Pirenne se rendant à son cours du matin, hiver 1925.

Pirenne fut un grand professeur. On a indiqué plus haut quelles étaient ses attributions à l'Université de Gand. L'esquisse que l'on a tracée de sa carrière, l'aperçu que l'on a tenté de donner de son oeuvre, ont nécessairement amené à faire état de son enseignement. Mais ce qu'on en a dit incidemment ne suffit pas. Cet enseignement de Pirenne, il importe de le caractériser ou tout au moins de s'y essayer.

Bien des générations d'étudiants ont passé sur les bancs des auditoires gantois où Pirenne enseignait l'histoire du moyen âge et l'histoire de Belgique : historiens, philosophes, philologues et surtout futurs juristes, qui constituaient en ce temps la grosse masse des étudiants en philosophie et lettres. L'enthousiasme du maître, sa parole imagée qui faisait voir, l'originalité de sa pensée, la solidité, la beauté même de sa synthèse exerçaient sur l'esprit des auditeurs une extraordinaire fascination : non seulement ils acquéraient des connaissances positives ; mais, ce qui est bien plus important, ils comprenaient et de ce fait apprenaient à mieux penser.

Cependant, les seuls étudiants en histoire ont appris à complètement connaître Pirenne, professeur. Car c'est dans les locaux des séminaires, aux murs tapissés de livres, que le maître se révélait pleinement. Il y dirigeait les cours pratiques où se forment les élèves historiens. Il s'asseyait au haut bout d'une table dont les étudiants occupaient les côtés. Il faisait lire, traduire, commenter un texte : source narrative, groupe de chartes ; il soulevait des problèmes d'interprétation, amenait ses jeunes disciples à user de critique pour les résoudre. Avec les étudiants plus avancés, de troisième et de quatrième année, il entreprenait l'étude en commun à travers les sources et, le cas échéant en usant de la littérature érudite, de quelque problème plus vaste : le tonlieu au haut moyen âge, l'administration territoriale du comté de Flandre, l'origine des corporations dans les anciens Pays-Bas et le nord de la France, pour citer quelques sujets traités au cours des dix dernières années de sa carrière. On a indiqué déjà quelques-uns de ses travaux à lui et des travaux de ses disciples, qui ont leur origine première dans ces recherches de séminaire ; il y en a bien d'autres.

Ce qui caractérisait la manière de Pirenne dans la direction du cours pratique, c'est qu'il visait à obtenir une activité constante des étudiants; il y réussissait. Il travaillait devant eux et les faisait travailler devant lui. Il interrompait la lecture d'un texte pour poser, à sa manière directe, des questions ou pour amener les élèves à en poser. Il exigeait que sans tarder, sur place on se levât, vérifiât dans telle autre source, dans tel répertoire et surtout dans le Du Cange un témoignage, une référence, le sens d'un terme. A l'occasion d'une intervention d'un étudiant, il marquait un doute, qui entraînait un contrôle au sujet d'un fait ou d'une interprétation ; parfois il signalait une lacune, une erreur dans ce qu'il avait avancé lui-même au cours d'une séance précédente. Il savait écouter les objections d'un membre de son séminaire, les examiner, le cas échéant en reconnaître la valeur. Il lui arrivait rarement, mais il lui arrivait, d'être sévère dans une appréciation personnelle ; mais jamais il ne décourageait. Il aimait à la fin des deux heures que durait chaque leçon, et avant d'allumer sa traditionnelle cigarette, prier ses élèves ou l'un d'eux de préparer un texte ou un groupe de textes dont l'examen servirait d'introduction à la séance suivante.

Le cabinet de travail de la rue Neuve-Saint-Pierre à Gand en 1930

Quatre années passées dans le Séminaire de Pirenne étaient une merveilleuse préparation au métier d'historien. Elles créaient aussi entre les élèves et le maître des liens qui n'étaient pas exclusivement d'ordre intellectuel.

On sentait, en effet, chez le maître l'intérêt qu'il portait à la formation personnelle de chacun de ses disciples. Il tenait à ce que l'on vînt lui parler de sa thèse, chez lui, dans son grand cabinet de travail de la rue Neuve-Saint-Pierre ; il écoutait attentivement ce qu'on lui communiquait des premiers résultats obtenus ; il donnait quelques directives qui pouvaient aider à vaincre les difficultés qu'on lui soumettait. Ces entretiens produisaient sur l'étudiant un effet tonique ; il sortait de là encouragé, reconnaissant.

Pirenne ne limitait pas ses conseils au domaine de la technique érudite. Il aimait guider ses disciples dans la manière de concevoir le sujet que l'on étudiait, dans la détermination de l'importance relative qu'il fallait accorder aux aspects de ce sujet, dans la façon d'aborder les problèmes de composition. Jamais il ne négligeait d'insister sur le devoir d'objectivité de l'historien, sur l'obligation rigoureuse qui pèse sur lui de se refuser à faire intervenir ses sympathies ou ses antipathies dans l'étude du passé.

Il s'est constitué au cours des longues années d'enseignement de Pirenne, une école historique portant son nom ; Pirenne en était heureux et fier. Elle a compté et elle compte encore des historiens belges, néerlandais et américains, dont il a dirigé ou complété la formation. Quelques-uns de ses disciples ont, dans cet article, été cités nommément parce que le sujet l'exigeait ; ceci n'implique pas que les autres aient eu moins de titres à se dire disciples du maître ou que leur production scientifique ait eu moins d'importance ou de valeur. On trouvera une courte notice sur la plupart des anciens élèves de Pirenne, avec une bibliographie sommaire, arrêtée à 1938, au tome II de Henri Pirenne. Hommages et Souvenirs (Bruxelles, 1939) sous la rubrique L'école de Henri Pirenne. Ses élèves et leurs travaux.

Il faut dire ici qu'en Belgique des élèves de Pirenne ont enseigné ou enseignent dans les universités de Gand, Liège et Bruxelles, à l'Institut universitaire des Territoires d'Outremer, à l'Institut supérieur de Commerce de l'État à Anvers ; que beaucoup d'entre eux ont occupé ou occupent avec distinction des postes d'inspecteur, de préfet des études, de professeur dans l'enseignement secondaire et normal ; que plusieurs d'entre eux furent ou sont des membres actifs et éclairés du cadre scientifique des archives et des bibliothèques. Un ancien élève belge de Pirenne, Willem Blommaert, fut professeur à l'Université de Stellenbosch en Afrique du Sud. De deux anciens élèves néerlandais, l'un, W. S Unger, fut successivement archiviste de la ville et archiviste de l'État à Middelburg, l'autre, Henri Obreen, un « Privatgelehrter » de format. Des savants américains ayant suivi les cours de Pirenne, ont enseigné ou enseignent dans plusieurs universités : Chicago (J. L. Cate), Cornell (C. Stephenson), Harvard (Ch. Taylor), North Western (G. C. Boyle), Washington State University (H. S. Lucas), Wisconsin (R. L. Reynolds). On doit signaler le fait remarquable que la formation donnée à ses élèves par Henri Pirenne a contribué à mettre quelques-uns d'entre eux en mesure de s'orienter vers l'étude de domaines différents de ceux abordés dans le Séminaire gantois : l'histoire de la cartographie et des découvertes pour Jan Denucé, l'histoire du droit égyptien pour Jacques Pirenne, l'archéologie grecque pour Denise Feytmans (Mme Kallipolitis), la pensée scientifique et philosophique au moyen âge pour André Van de Vyver.

Quand on parle d'écoles, il faut éviter les confusions. Pirenne a toujours mis ses élèves et ses anciens élèves en garde contre un danger : celui de les voir adopter nécessairement les vues de leur maître et consacrer leurs travaux à les justifier. La communauté d'école pouvait être, à ses yeux, une communauté de méthode ; elle ne devait pas devenir une communauté de doctrine. Ce respect de la personnalité et de la liberté de ses disciples, dont ceux-ci ont fait largement usage, est un des traits du caractère de Pirenne, qui lui font le plus grand honneur.

Texte de GANSHOF François-Louis : "Pirenne, Henri", in Biographie nationale, Bruxelles, Emile Bruylant, t. 30, 1959, colonnes 713-717. Reproduit avec l'aimable autorisation de  l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.

 

©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 8 août 2006