Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Archives & Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque > Digithèque Henri Pirenne > Biographie > Carrière

-A A A+ imprimer

Carrière

Henri Pirenne et Paul Fredericq en 1916

En 1884, Pirenne allait être chargé de créer à l'Université de Liège l'enseignement de la paléographie et de la diplomatique. Le projet d'arrêté n'était pas encore soumis à la signature du Roi, quand le gouvernement libéral fut renversé. Le gouvernement catholique Woeste-Jacobs refusa de proposer la nomination au chef de l'État : Pirenne avait le tort d'être libéral. Mais en 1885, un autre gouvernement catholique fit preuve de plus de compréhension. Godefroid Kurth s'indignait de ce que ses amis politiques eussent défait ce qu'il appelait « la seule bonne chose qu'eussent faite les libéraux ». Il intervint auprès du Ministre de l'Intérieur et de l'Instruction publique, Thonissen, juriste éminent, qui avait publié d'importants travaux d'histoire et notamment d'histoire du droit. Thonissen consulta son ami Thévenin, lequel recommanda chaleureusement son ancien élève belge, et Pirenne fut nommé pour faire à l'Université de Liège les cours pour lesquels il avait été désigné l'année précédente ; il fut également chargé d'exercices historiques, c'est-à-dire d'un cours pratique, à l'École normale des Humanités en la même ville. Il était âgé de vingt-trois ans.

Dès l'année suivante, il était professeur extraordinaire à l'Université de Gand et chargé d'y enseigner l'histoire du moyen âge et l'histoire de Belgique ; il était également chargé du cours de géographie historique et d'exercices pratiques d'histoire aux Sections normales flamandes annexées à la faculté de philosophie et lettres. A ce cours pratique, il accueillit, d'ailleurs, sans tarder des étudiants des facultés de philosophie et lettres et de droit. Plus tard, en application de la loi de 1890 sur la collation des grades académiques et par suite de la suppression des Sections normales flamandes, ses attributions furent modifiées et élargies : il devint titulaire des cours d'histoire du moyen âge et d'histoire de Belgique (moyen âge) et des exercices d'histoire (moyen âge) en candidature en philosophie et lettres, des cours d'institutions du moyen âge, d'encyclopédie de l'histoire (moyen âge), de diplomatique, de critique historique appliquée au moyen âge (cours pratique) au doctorat en philosophie et lettres. En 1893 devait venir s'y joindre le cours d'histoire économique (partim) à la faculté de droit. En 1899, Henri Pirenne avait été promu professeur ordinaire.

Henri Pirenne, recteur de l'Université de Gand en 1919.

Les attributions universitaires de Pirenne ne reçurent de changements qu'au lendemain de la première guerre mondiale. En 1920, au décès de Paul Fredericq, il recueillit la partie moderne du cours d'histoire de Belgique dont l'unité se trouva reconstituée. Il obtint, à partir de cette même année, d'être déchargé de plusieurs enseignements : en 1920, du cours de diplomatique ; en 1923, des cours d'encyclopédie de l'histoire et d'histoire des institutions du moyen âge ; en 1927, du cours d'histoire du moyen âge.

Quand Paul Fredericq, nommé recteur de l'Université de Gand après la délivrance de la Belgique, eut, au printemps de 1919, démissionné de ces fonctions, devenues trop lourdes pour lui, Pirenne lui succéda. Il fut recteur jusqu'à la rentrée d'octobre 1922 et il eut pour tâche, au cours de ces années, de remettre en mouvement la grande institution universitaire que la guerre et la politique de l'occupant avaient désorganisée. Il s'attacha notamment à donner au corps professoral le développement devenu nécessaire et à procurer à l'université un équipement plus complet et plus adéquat. La mesure dans laquelle cela s'effectua paraît aujourd'hui bien modeste ; mais il faut, pour juger équitablement les résultats obtenus, ne pas oublier que l'on venait de loin et que le pays était ruiné par la guerre. Disposant de peu de personnel, obligé de payer constamment de sa personne, Pirenne eut, à ce moment, une tâche parfois écrasante à remplir.

Un arrêté royal du 20 mai 1930 accorda, sur sa demande, à Henri Pirenne son admission à l'éméritat.

Texte de GANSHOF François-Louis : "Pirenne, Henri", in Biographie nationale, Bruxelles, Emile Bruylant, t. 30, 1959, colonnes 671-675. Reproduit avec l'aimable autorisation de  l'Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique.

 

©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 8 août 2006