Votre avis nous intéresse !

Votre avis sur la Digithèque des Archives & Bibliothèques de l'ULB nous intéresse!

Donnez-nous votre avis en 30 secondes.

Digithèque > Digithèque des Editions de l'Université de Bruxelles > Ouvrages numérisés > Etudes sur le 18e siècle

-A A A+ imprimer

Etudes sur le 18e siècle

L'« Ecole bruxelloise » de l'étude des Lumières a toujours été très active, mais ses travaux n'avaient jamais été intégrés dans un ensemble structuré. Aussi a-t-il paru souhaitable de regrouper ces efforts parallèles, qui avaient produit des résultats féconds dans les domaines les plus divers (philosophie, littérature, histoire politique, économique et sociale, histoire des sciences, histoire de l'art, franc-maçonnerie).



Fondé en 1974 par Roland Mortier et Hervé Hasquin, le  Groupe d'Etude du XVIIIe siècle est donc un groupe interdisciplinaire qui compte aujourd'hui une quarantaine de membres. Ses promoteurs se sont assigné comme tâche de rassembler et de coordonner les activités diverses consacrées à l'âge des Lumières tant par des professeurs que par des chercheurs et diplômés de l'Université Libre de Bruxelles.

 

 

Plus de quarante-cinq volumes ont été publiés depuis la création de la série éditée par les Editions de l'Université de Bruxelles.

Merci à Bruno BERNARD pour avoir aimablement rédigé cette invite à découvrir la série Etudes sur le 18e siècle.

 

Vous trouverez sur cette page tous les volumes de la série Etudes sur le 18e siècle publiés avant 2001 ; les volumes suivants seront progressivement mis en ligne, en respectant une barrière mobile de 7 ans.

 

Tous ces volumes sont disponibles au format PDF texte sous images ; ils sont donc cherchables individuellement.

 

Attention : pour pouvoir consulter les documents numérisés dans des conditions optimales, veuillez consulter nos  conseils.

 

  

 

 Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières, volume XXXXIII, 2015

 Ecrire les sciences, volume XXXXII, 2015

 Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), duchesse de Bourgogne, enfant terrible de Versailles, volume XXXXI, 2014

 Jean-Jacques Rousseau (1712-2012). Matériaux pour un renouveau critique, volume XXXX, 2012

 La promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles (Belgique-France-Angleterre), volume XXXIX, 2011

 Portés par l'air du temps : les voyages du capitaine Baudin, volume XXXVIII, 2010

 Formes et figures du goût chinois dans les anciens Pays-Bas, volume XXXVII, 2009

 Population, commerce et religion au siècle des Lumières, hors-série 12, 2008

 Lombardie et Pays-Bas autrichiens. Regards croisés sur les Habsbourg et leurs réformes au XVIIIe siècle, volume XXXVI, 2008

 Espaces et parcours dans la ville.  Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XXXV, 2007

 Les théâtres de société au XVIIIe siècle, volume XXXIII, 2005

 Voltaire et Rousseau dans le théâtre de la révolution française (1789-1799), hors-série 11, 2005

 Le XVIIIe, un siècle de décadence?, volume XXXIV, 2006

 L'émergence des beaux-arts en Belgique. Institutions, artistes, public et patrimoine (1773-1835), hors-série 10, 2004

 Bruxellois à Vienne, Viennois à Bruxelles, volume XXXII, 2004

 La Duchesse du Maine (1676-1753) : une mécène à la croisée des arts et des siècles, volume XXXI, 2003

 Gestion et entretien des bâtiments royaux dans les Pays-Bas autrichiens (1715-1794), volume XXIX, 2001

 Portraits de femmes, volume XXVIII, 2000

 Vie quotidienne des couvents féminins de Bruxelles au siècle des Lumières (1754-1787), hors-série 9, 1999

 La haute administration dans les Pays-Bas autrichiens, volume XXVII, 1999

 La sécularisation des œuvres d'art dans le département de la Dyle, hors-série 8, 1998

 Topographie du plaisir sous la Régence, volume XXVI, 1998

 Parcs, jardins et forêts au XVIIIe siècle, volume XXV, 1997

 Jean-François Vonck (1743-1792), volume XXIV, 1996

 Autour du Père Castel et du clavecin oculaire, volume XXIII, 1995

 Retour au XVIIIe siècle, volume XXII, 1994

 Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d'un homme d'état, volume XXI, 1993

 Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens, volume XX, 1993

 Musiques et spectables à Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XIX, 1992

 Les savants et la politique à la fin du XVIIIe siècle, hors-série 7, 1991

 Rocaille. Rococo, volume XVIII, 1991

 Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec, volume XVII, 1990

 La révolution liégeoise de 1789 vue par les historiens belges, hors-série 6, 1989

 Deux aspects contestés de la politique révolutionnaire en Belgique, volume XVI, 1989

 Unité et diversité de l'empire des Hasbourg à la fin du XVIIIe siècle, volume XV, 1988

 Emmanuel de Croy (1718-1784), hors-série 5, 1987

 Le livre à Liège et à Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XIV, 1987

 Morale et vertu au siècle des lumières, hors-série 4, 1986

 volume XIII, 1986

 L'homme des lumières et de la découverte de l'autre, hors-série 3, 1985

 Les origines françaises de l'antimaçonnisme (1744-1797), hors-série 2, 1985

 Une famille noble de hauts fonctionnaires : les Neny, volume XII, 1985

 Idéologies de la noblesse, volume XI, 1984

 volume X, 1983

 La tolérance civile. Actes du colloque de Mons, hors-série 1, 1982

 La noblesse belge au XVIIIe siècle, volume IX, 1982

 volume VIII, 1981

 L'Europe et les révolutions (1770-1800), volume VII, 1980

 L'influence française dans les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège au temps de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, volume VI, 1979

 volume V, 1978

 Bruxelles au XVIIIe siècle, volume IV, 1977

 Les préoccupations économiques et sociales des philosophes, littérateurs et artistes au XVIIIe siècle, volume III, 1976

 volume II, 1975

 volume I, 1974


Corrélations

PERRIN KHELISSA Anne, « Corrélations : les objets du décor au siècle des Lumières », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXXIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 2015.

 

 

     Version texte

 

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Expositions, nouvelles présentations muséographiques, colloques internationaux, programmes de recherche, travaux universitaires, publications : les arts du décor connaissent ces dernières années un vaste regain d’intérêt. Le présent volume répond à une actualité. Il entend également porter un regard renouvelé sur l’ameublement des demeures, en interrogeant la qualité artistique et technique des objets, mais aussi leurs significations sociales et culturelles. Autour d’une réflexion commune, professeurs des universités et jeunes chercheurs, conservateurs, spécialistes des arts décoratifs, de peinture, d’architecture, de littérature et d’histoire du genre font le point sur les mutations épistémologiques récentes et ouvrent la discussion.

Loin d’être un amas désaccordé de bibelots, les intérieurs du xviiie siècle proposent un système unitaire cohérent, où arts manufacturés et beaux-arts cohabitent. Quels liens ces artefacts de nature et de statut hétérogènes entretiennent-ils entre eux et avec leur environnement ? Comment le principe d’harmonie fonctionne-t-il et s’adapte-t-il à la variété des aménagements et à la succession rapide des goûts ? Quel écart existe-t-il entre ce que les traités et la critique esthétique du temps préconisent et ce qu’attendent les commanditaires et les acheteurs ? Telles sont les questions que soulèvent les auteurs du recueil, à partir d’exemples célèbres ou méconnus de décors réalisés en France, en Grande-Bretagne, en Italie et en Suisse, entre la fin du xviie siècle et le début du xixe siècle.

 


Ecrire les sciences

LABOULAIS Isabelle, GUÉDRON Martial, « Ecrire les sciences », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXXII, Editions de l'Université de Bruxelles, 2015.

 

   Version texte

 

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Ce numéro des Études sur le XVIIIe siècle consacré à l’écriture des sciences s’attache aux modalités de repérage, de description et de mise en ordre des productions de la nature, aux techniques d’argumentation, de représentation et d’ordonnancement des connaissances, aux échanges entre textes et images, aux stratégies de transmission, de diffusion et de transfert des savoirs. Les sciences de la nature qui aspirent à une connaissance empirique du monde – plutôt qu’à un savoir mathématisé – et recourent à l’observation – plutôt qu’aux pratiques expérimentales – sont plus particulièrement convoquées dans les contributions rassemblées dans ce volume qui s’organise en deux grands volets. Le premier est consacré aux « Notes, récits, discours », le deuxième met l’accent sur les « images, les figures et les substituts », notamment sur le rôle de l’iconographie dans ses interactions avec les discours savants.

 

 


L'Union européenne et l'immigration clandestine

DUEZ Denis, L'Union européenne et l'immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique, Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles, 2008.

 

 

   Version texte

 

 

Résumé

 

La lutte contre l’immigration clandestine est aujourd’hui l’une des priorités de l’Union européenne. Volet essentiel d’un projet communautaire de sécurité intérieure, le combat contre les illégaux n’en soulève pas moins d’épineuses questions. La lutte contre l’immigration illégale semble tout d’abord chimérique tant les objectifs fixés excèdent les moyens techniques, humains et financiers disponibles. Ensuite, en rendant le passage vers l’Europe de plus en plus compliqué et dangereux, cette politique provoque indirectement la mort de centaines de migrants chaque année. Elle favorise enfin le déploiement des filières criminelles de trafic et de traite des êtres humains. En bref, loin d’œuvrer à la légitimation de l’Union auprès de ses citoyens par le biais du renforcement de leur sécurité, la politique en matière d’immigration irrégulière risque d’avoir des effets contraires en jetant le doute tout à la fois sur l’efficacité des politiques européennes et sur les valeurs qui les sous-tendent. 

 

Pourquoi un projet mené au nom des principes de liberté, de sécurité et de justice ne se voit-il pas davantage remis en cause alors qu’il conduit surtout à une détérioration de la sécurité des migrants ? C’est à cette interrogation que le présent ouvrage entend donner des éléments de réponse, en partant de l’idée que la politique de lutte contre l’immigration clandestine ne peut être réduite à ses objectifs affichés mais doit être restituée dans le cadre plus large du processus d’intégration européenne. En touchant au problème du contrôle des frontières extérieures de l’Union, la lutte contre l’immigration illégale pose en effet la question des frontières symboliques qui définissent les conditions de l’appartenance à un ordre politique déterminé. Elle active des mécanismes d’inclusion et d’exclusion sans lesquels un corps politique ne peut voir le jour et se maintenir. Dans cette perspective, si la stratégie de mise à l’écart des étrangers indésirables répond aux objectifs de contrôle et de sélection des ressortissants des pays tiers autorisés à accéder au territoire des Etats membres, elle participe également à la construction d’une figure inquiétante de l’Autre fondant l’identité européenne sur la peur des clandestins.


Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), duchesse de Bourgogne, enfant terrible de Versailles, volume XXXXI, 2014

PREYAT Fabrice, «Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712), duchesse de Bourgogne, enfant terrible de Versailles », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXXI, Editions de l’Université de Bruxelles, 2014.

 

 

   Version texte

 

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

En octobre 1696, s ’ébranle depuis Turin le cortège qui conduira Marie-Adélaïde de Savoie à Versailles. Le contrat de mariage qui la lie désormais au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, scellera, quelques mois plus tard, le sort de l’Europe par la paix de Ryswick. Dès la naissance de sa fille, guidé par un cynisme lucide, Victor-Amédée 11 l’avait destinée à devenir une princesse française. Il y réussit fort bien. D’emblée, lemonarque fut séduit par l’extraversion, le naturel et la simplicité de l’enfant ; il la trouva « à souhait ».

Devenue duchesse de Bourgogne, la jeune femme bouleverse néanmoins l’étiquette de la cour de France, confite dans les dévotions. Elle devient rapidement la coqueluche de Versailles. Son caractère tempère la religiosité morose de son mari ; sa gaieté galvanise autour d’elle musiciens, compositeurs, chorégraphes et hommes de lettres. Son entrain et sa
désinvolture incitent à multiplier les bals, les jeux, les représentations théâtrales, les loteries de chinoiseries... Le goût de la duchesse est éclectique. Elle danse le ballet-mascarade, se laisse séduire par le merveilleux féérique des contes, touche le clavecin avec un certain talent, applaudit au Théâtre Italien et interprète les tragédies sacrées que lui offre Mme de Maintenon. Les dernières années du règne de Louis XIV voient ainsi renaître, sous le coup de divertissements dispendieux honorés par le roi, tout un mécénat littéraire, musical, mais aussi architectural, autour des travaux d’aménagements de la Ménagerie, dont la jouissance est offerte à la duchesse. La cour sort de sa torpeur durant cette époque charnière qui relie les splendeurs éteintes de la cour du Roi-Soleil aux excès de la Régence, puis de Louis XV.

En éclairant ses années de formation, en étudiant le mécénat de la duchesse de Bourgogne au sein du système de la cour et d’une politique de distinction marquée par la prégnance de plusieurs clans politiques, en interrogeant l’efflorescence d’oraisons funèbres d’où percèrent les espoirs déçus et l’imaginaire collectif de la nation, le présent volume
entend combler les lacunes de l’historiographie contemporaine longtemps restée muette sur la brève destinée de Marie-Adélaïde de Savoie et le climat de la cour de Versailles entre 1696 et 1712.


Jean-Jacques Rousseau (1712-2012). Matériaux pour un renouveau critique, volume XXXX, 2012

VAN STAEN Christophe, «Jean-Jacques Rousseau (1712-2012). Matériaux pour un renouveau critique », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXX, Editions de l’Université de Bruxelles, 2012.

 

 

   Version texte

 

Résumé

 

Si tout au long de cette année 2012, les fastes de la célébration auront pu donner de la critique rousseauiste l’image d’une discipline riche et variée, prospérant avec éclat et virtuosité, cette efflorescence du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau (1712-2012) peine à masquer la crise et les divergences parfois violentes qui la traversent.

Celles-ci n’auraient guère d’importance, si, entre autres enjeux cruciaux, elles ne touchaient Rousseau lui-même, ainsi que la compréhension que nous pouvons avoir de son œuvre.

Jadis guidée par la seule volonté de faire progresser la connaissance du Citoyen de Genève, l’inflation des études qui lui sont vouées n’est désormais plus dictée par de seuls motifs scientifiques, mais aussi par une concurrence tacite entre les tenants d’approches vues comme radicalement différentes, tendant à restituer Rousseau à l’intégrité de son texte selon les exigences de la philologie traditionnelle ; à le penser sous un angle historique voué à l’émergence de l’œuvre en son siècle, à sa réception et à ses travestissements posthumes ; ou, au contraire, à l’interpréter dans une visée purement conceptuelle et spéculative tentant de l’unifier et d’en assurer la compatibilité avec des idéologies et courants de pensée ultérieurs, dont les ramifications se prolongent jusqu’à notre temps.

Longtemps opacifiées par la variété de leurs manifestations, à l’image d’une œuvre polygraphique abordant de front la philosophie politique, la pédagogie, la musique, la botanique, la chimie, la cosmographie, l’histoire, mais aussi le théâtre, le roman et l’autobiographie, ces divergences se sont incarnées, à l’heure du tricentenaire, en autant de projets rivaux, manifestant chez chacun le désir de s’approprier, de domestiquer, d’inféoder Rousseau à une lecture, une approche, une méthode ou une discipline uniques.

Ce désir, qui trouve ses sources dans le rapport particulier instauré par Rousseau entre lui et ses lecteurs (l’espoir de voir une génération de lecteurs plus justes réhabiliter sa mémoire), se traduit au sein même de la critique par l’adoption de postures caractéristiques, par une certaine poétique inspirée de l’œuvre qu’elle est supposée élucider, ainsi que par la multiplication panique de publications cherchant, par le nombre, à asseoir une autorité sur le corpus, à minoriser ou discréditer toute dissidence, et à se faire enfin le maître et défenseur de la pensée qu’initialement on ne cherchait qu’à comprendre.
Où faut-il donc chercher Rousseau ? Peut-être en ces pages qui, rassemblant dix-sept études réalisées par de chercheurs de toutes générations, spécialités et nationalités, font l’audacieux pari que la richesse encyclopédique et la complémentarité des approches vouées à Rousseau ne sont guère de vaines promesses.

Depuis leur lancement en 1974, les Etudes sur le XVIIIe siècle n’avaient pas encore consacré un volume complet de leur prestigieuse collection à l’œuvre, à la vie et aux idées de Jean-Jacques Rousseau. Par cette publication, elles rendent enfin au Citoyen le plus subtil des hommages : celui qui dénonce l’autocélébration aveuglée de ses lecteurs, pour revenir, en toute simplicité et sans fastes, à lui seul.


La promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, volume XXXIX, 2011

LOIR Christophe, TURCOT Laurent, « La promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles (Belgique-France-Angleterre) », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXIX, Editions de l’Université de Bruxelles, 2011.

 

 

   Version texte

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Se promener, c’est-à-dire se déplacer d’un lieu à un autre pour le plaisir, est une pratique qui, en Europe, se développe surtout à partir du XVIIIe siècle. L’essor de la promenade est un phénomène culturel qui est à la fois lié à l’évolution des modes de déplacement, au développement des loisirs, à la demande de nouveaux modes de sociabilité, à l’essor économique et scientifique, ainsi qu’aux grands chantiers d’embellissement des villes.

 

Cet ouvrage a pour objectif d’explorer cette histoire de la pratique de la promenade au tournant des XVIIIe et XIXe siècles en Belgique, en France, en Angleterre et en Allemagne.

 


Portés par l'air du temps : les voyages du capitaine Baudin, volume XXXVIII, 2010

JANGOUX Michel, « Portés par l'air du temps : les voyages du capitaine Baudin », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXVIII, Editions de l’Université de Bruxelles, 2010.

 

 

   Version texte

 

Résumé

 

Les contributions rassemblées dans ce volume portent sur les différentes étapes de la vie de Baudin. Elles permettent de mieux cerner la personnalité du capitaine, personnage atypique qui aimait à dire  qu’il préférait voir son nom associé à une nouvelle espèce de mollusque qu’à une île inconnue. Naturaliste récolteur plutôt que savant naturaliste, Nicolas Baudin était un homme de talent, de volonté et de passion. Cet ouvrage entend lui rendre hommage.


Formes et figures du goût chinois dans les anciens Pays-Bas, volume XXXVII, 2009

D'HAINAUT-ZVENY Brigitte, MARX Jacques, « Formes et figures du goût chinois dans les anciens Pays-Bas», in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXVII, Editions de l’Université de Bruxelles, 2009.

 

 

   Version texte

 

Résumé

 

L’histoire de la chinoiserie est celle d’une ambition économique qui chercha à donner une nouvelle extension, maritime, aux anciennes routes de la soie afin de capter au profit des nombreuses Compagnies des Indes orientales, créées à cet effet, une partie des parts de marché qu’impliquait ce commerce avec l’Extrême-Orient. Ainsi envahirent l’Europe une foule de « produits de lachine » – porcelaines, textiles, laques, objets de luxe – dont la possession a le plus souvent été un marqueur de distinction sociale. Le développement de la chinoiserie et du goût chinois au XVIIIe siècle est un phénomène européen, qui s’inscrit dans la dynamique même instaurée par la Pensée des Lumières, où l’on détecte un courant utopique fondé à la fois sur l’idée de la reconstitution d’un Éden perdu, et sur celle d’une communauté politique et sociale restaurée. Sur le plan stylistique, l’influence de la Chine s’est trouvée en phase avec les grandes tendances du goût régnant entre 1720-1770, dominé par la confusion des figures et de l’ornement ; les effets de surface dus à la découverte de matières nouvelles comme la porcelaine et la laque ; et l’imbrication des formes. Il est clair que l’appropriation du goût chinois en Europe s’est exprimée à travers une démarche dont il convient d’apprécier le caractère subversif, puisque l’art rocaille apparaît incontestablement comme une tentative de mettre entre parenthèses certains des principes de la représentation classique. Le déni du système perspectif, le refus d’utilisation du système proportionnel des ordres, l’expérimentation systématique de l’asymétrie, de fréquentes propositions pour des compositions non centrées, comme la légitimité reconnue à des variations non proportionnelles d’échelle sont autant d’éléments qui participent à la proposition d’un système de composition alternatif au système classique. 

Devant l’impossibilité évidente de proposer ici un aperçu complet de cette histoire d’influences, d’appropriations et de réinterprétations, les éditeurs ont choisi de privilégier certains pans de cette histoire, moins récemment investigués ou laissés parfois en friche. Ils ont pris l’option de centrer ce volume sur deux axes particuliers : privilégier, d’une part, l’étude des vecteurs de transmission de cette séduction ainsi que l’appréciation de la manière dont ces agents ont contribué à « colorer » les éléments transmis ; et attirer, d’autre part, l’attention sur l’intérêt et la qualité, souvent mésestimés, des « chinoiseries » réalisées dans nos régions au XVIIIe siècle.
 

Des questionnements fondamentaux sont ici esquissés : sur le degré d’extension du concept (par rapport, notamment, à l’expression littéraire) ; sur le degré d’adéquation de ses formes et de ses expressions par rapport à la réalité chinoise ; sur la place occupée par la chinoiserie dans le discours et la culture globale des Lumières, sur les agents de la diffusion – en particulier les missionnaires – et les modalités de celle-ci.  Dans les Pays-Bas méridionaux (1715-1792), la chinoiserie et le goût chinois ont beaucoup contribué à créer, dans les habitudes de vie et l’environnement familier des classes aristocratiques, une sociabilité élégante et distinguée. En ce sens, l’architecture pavillonnaire des jardins anglo-chinois - à Kew comme à Potsdam ou à Drottningholm par exemple, ou, dans les Pays-Bas méridionaux, à Enghien, Belœil ou Boekenberg -, matérialise des lieux de plaisance, voire de « libertinage » –  au sens intellectuel – liés à de nouvelles formes de sensibilité, et même à de nouvelles formes de pensée, axées sur la discontinuité, la diversité et l’esthétique du fragment. Mais, surtout, au-delà, dans un pays d’étendue réduite, de tradition intellectuelle relativement conformiste, elle a incontestablement constitué un élément d’ouverture vers le mouvement des Lumières, et elle a sans aucun doute contribué à forger la prescience d’une certaine forme de cosmopolitisme et d’appréciation de l’altérité.



Population, commerce et religion au siècle des Lumières, hors-série 12, 2008

HASQUIN Hervé, « Population, commerce et religion au siècle des Lumières », in Etudes sur le XVIIIe siècle, hors-série 12, Editions de l’Université de Bruxelles, 2008.

 

 

   Version texte

 

Résumé

 

Professeur à l’Université libre de Bruxelles et éminent dix-huitièmiste, fondateur en 1974, avec Roland Mortier, du Groupe d’Etude du XVIIIe siècle et de la présente collection, Hervé Hasquin a marqué de son empreinte près de quatre décennies d’étude du XVIIIe siècle belge et européen.A l’occasion de son départ à la retraite, le Groupe d’Etude du XVIIIe siècle lui rend ici hommage, en republiant ses principaux articles relatifs au siècle des Lumières – actualisés par l’auteur et accompagnés d’une bibliographie mise à jour – ainsi qu’un inédit, consacré au combat de quelques auteurs jésuites contre les Lumières et la Révolution. Au siècle des Lumières, de vifs débats opposèrent penseurs et « économistes », notamment physiocrates, sur la réalité d’un déclin démographique souvent présenté comme un fait acquis. Quelques esprits audacieux, comme Voltaire ou l’abbé Jean-Joseph Expilly, ont cependant mis en doute cette vulgate et cherché, dans le cadre du despotisme éclairé, les moyens d’assurer une croissance régulière et maîtrisée de la population. Ces débats, et leurs développements, notamment la promotion de la « moyenne culture », font l’objet de la première partie de ce volume.Le XVIIIe siècle a vu la naissance de la pensée libérale en économie. A travers les quatre chapitres suivants, Hervé Hasquin s’attache à mesurer le poids de structures traditionnelles encore bien présentes – interventionnisme, dîme ecclésiastique – dans le contexte économique parfois difficile qu’ont connu les Pays-Bas autrichiens. Il analyse également – à travers le cas du journaliste français Jacques Accarias de Serionne, qui mit sa plume au service du gouvernement – le pragmatisme des autorités bruxelloises, qui rejetaient mercantilisme comme physiocratie, leur préférant une politique de « libéralisme éclectique ».

La question religieuse fut également au cœur de toutes les réflexions du siècle, et Hervé Hasquin y a naturellement consacré de nombreux écrits. Ceux republiés ici traitent notamment de la question centrale de la tolérance, et de celle du mariage des protestants – institué en contrat civil par l’édit de Joseph II du 28 septembre 1784, lequel prévoyait également le divorce –, des réalités de la religion populaire – à travers un cas d’exorcisme à Saint-Hubert – ou encore de cette « passion de l’universel » qui rapprocha certains savants des idéaux de la Révolution française.Une biographie intellectuelle d’Hervé Hasquin, composée par deux de ses anciens élèves et collaborateurs, introduit l’ouvrage, tandis qu’une bibliographie exhaustive de ses travaux scientifiques témoigne pleinement de l’étendue de ses divers centres d’intérêt.


Lombardie et Pays-Bas autrichiens, volume XXXVI, 2008

ANTOINE François, BERNARD Bruno, GALAND Michèle, HEIRWEGH Jean-Jacques, «Lombardie et Pays-Bas autrichiens. Regards croisés sur les Habsbourg et leurs réformes au XVIIIe siècle», in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXVI, Editions de l’Université de Bruxelles, 2008.

 

 

   Version texte

 

Résumé

 

Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, la monarchie habsbourgeoise entama des réformes visant à modifier une série de paramètres de la vie politique et sociale, d’abord, le plus souvent, dans ses possessions italiennes, dont la Lombardie était la plus vaste, puis dans les Pays-Bas. Dans ce volume, une douzaine d’historiens universitaires, belges, français et italiens, se livrent à un vaste tour d’horizon de ces réformes, des conditions de leur mise en œuvre et de la réception qu’elles ont reçue dans ces deux territoires, alors également soumis aux autorités politiques viennoises, mais disposant chacun, cependant, d’une certaine autonomie au sein de la monarchie habsbourgeoise. Tour à tour toutes les grandes questions de l’époque sont abordées, depuis les relations de ces provinces avec Vienne jusqu’aux tentatives de modernisation de l’enseignement, de la police ou de la justice, en passant par les rapports tendus qu’entretenaient, en Lombardie et dans les Pays-Bas, l’Eglise et l’Etat, les réformes économiques mises en œuvre dans ces deux provinces, ou encore les solutions qu’on tenta d’y apporter aux difficiles questions de l’assistance aux pauvres et de la santé. 

 

Tous les textes de ce volume sont pourvus d’un bref résumé en italien.


Espaces et parcours dans la ville. Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XXXV, 2007

BETHUME K., HUYS J.-Ph., eds., « Espaces et parcours dans la ville, Bruxelles au XVIIIe siècle » , in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXV, Editions de l'Université de Bruxelles, 2007.


   Version texte

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

La ville est l’un des sujets de prédilection de la recherche actuelle en sciences humaines. L’étude des espaces qui la constituent et des parcours qui la traversent, facteurs essentiels pour l’appréhension de la réalité urbaine, permet de faire émerger la structure géographique et sociologique de Bruxelles au XVIIIe siècle.

L’image de la capitale des Pays-Bas méridionaux se modifie progressivement dès la fin du XVIIe siècle, suite au bombardement de 1695. Un parallélisme s’établit avec la capitale de l’Empire dont dépend Bruxelles dès 1715 : Vienne, dont les transformations urbaines, liées aux réformes institutionnelles, sont encore perceptibles. Le pouvoir est dans la ville. Autour de 1700, Bruxelles, qui n’est pas encore autrichienne, est parcourue par un prince baroque venu de Bavière et dont les prétentions à la souveraineté se manifestent, entre autres, dans ses sorties publiques. À la fin du XVIIIe siècle s’érige le quartier Royal : riche en innovations, ce nouvel espace urbain se révèle un dispositif hautement symbolique. La gestion du système hydro-urbain et l’embourgeoisement progressif de rues commerçantes, telle la rue de la Madeleine, participent à la transformation des espaces bruxellois. La culture et les loisirs font également de la ville un espace de sociabilité, envisagé à travers les lieux de concerts publics et privés, le logement des comédiens généralement à proximité des salles de spectacle, ainsi que les parcours touristiques qui sillonnent Bruxelles. Lieux de vie et de travail peuvent parfois se confondre, comme en témoigne la place occupée par la gent ancillaire. La ville est enfin un lieu d’expérimentation : un projet de destruction d’église devient le prétexte à l’aménagement d’un nouveau quartier paroissial.

À l’initiative du Groupe d’étude du XVIIIe siècle (ULB), des chercheurs venus d’horizons différents – historiens, historiens de l’art et sociologues – s’attachent ici à éclairer les éléments qui structurent, de manière abstraite ou concrète, l’espace urbain de Bruxelles au siècle des Lumières.

 

 


Les théâtres de société au XVIIIe siècle, volume XXXIII, 2005

PLAGNOL-DIEVAL Marie-Emmanuelle, QUERO Dominique, « Les théâtres de société au XVIIIe siècle » in Etudes sur le XVIIIe siècle,  Volume XXXIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 2005.


   Version texte

  

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Aspect essentiel de « la vie théâtrale au XVIIIe siècle », le théâtre de société constitue un objet d'étude privilégié pour les historiens des mentalités, du théâtre, de la littérature, de la musique, de l'architecture et des arts du spectacle en général. Les textes ici rassemblés, dans cette perspective interdisciplinaire, privilégient un ordre chronologique qui part de la cour de Sceaux pour arriver à la période révolutionnaire, dont on doit se demander si elle sonne la fin de ces manifestations considérées comme caractéristiques de l'Ancien Régime. Trois grands axes de réflexion se dessinent au sein de ce cadre : les lieux et les répertoires qui ont pour objet de situer précisément cette activité parmi d'autres ; les rapports de ces corpus avec la société du triple point de vue esthétique, moral et politique ; les échos que le théâtre de société a laissés dans les écrits du temps.

L'étude de sources jusque-là inexplorées permet d’en savoir plus sur la genèse des pièces et des spectacles, de montrer comment, pourquoi, à quel moment de leur vie ou de leur carrière littéraire des auteurs amateurs ou professionnels, comme Marivaux, Voltaire ou Beaumarchais, se sont tournés vers les scènes privées, et quelles y sont les conditions de représentation : bâtiments, des plus simples aux plus luxueux ; composition des troupes, mêlant souvent professionnels et amateurs, qu'il s'agisse des comédiens ou des musiciens, dont le rôle essentiel et parfois novateur est ici souligné. La diversité des théâtres étudiés met en lumière l’importance de la province, tant dans les villes que dans les résidences de campagne. À Paris, l'activité théâtrale publique se trouve même démultipliée par celle des scènes privées.Si le théâtre de société se caractérise par la notion d'espace privé, qui le définit pour l’essentiel et le distingue des scènes privilégiées, officielles et non, il joue également un rôle de théâtre expérimental pour certaines pièces. Il permet en effet à certains auteurs de fourbir leurs premières armes à l'ombre d'un commanditaire s'apparentant plus ou moins à un mécène, dans un cadre où la notion de « société » ou de « spectateurs » se substitue à celle de « public ». Là, il imite, détourne ou invente de nouveaux genres, susceptibles de s'épanouir sur les scènes publiques, en France et, plus largement, dans une Europe tournée vers le modèle français.

Lieu de transfert culturel, donc, des textes, des auteurs, des acteurs et des esthétiques, le théâtre de société du XVIIIe siècle est bien aux origines du théâtre amateur qui se développe aux siècles suivants.


Voltaire et Rousseau dans le théâtre de la révolution française, hors-série 11, 2005

SHEU Ling-Ling, « Voltaire et Rousseau dans le théâtre de la Révolution française (1789-1799) » in Etudes sur le XVIIIe siècle, hors-série 11, Editions de l'Université de Bruxelles, 2005.


   Version texte

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Profitant des derniers travaux d’érudition et d’articles récents sur le théâtre de la Révolution, et à partir de nouvelles recherches, l’auteur procède à une mise au point qualitative et quantitative des représentations des œuvres théâtrales de Voltaire et de Rousseau, reprises à Paris pendant la Révolution (1789-1799). Elle étudie ensuite les pièces, qui, durant cette période, et notamment lors du transfert des restes de Voltaire et de Rousseau au Panthéon, mirent sur la scène ces deux philosophes en tant que personnages de théâtre. Elle relève, entre autres, enfin l’influence de leurs œuvres sur l’inspiration des auteurs dramatiques de ce temps. Trois pièces, reproduites en fin de volume, illustrent cette étude : deux sur Voltaire et une sur Rousseau.

 

 

 


Bruxellois à Vienne, Viennois à Bruxelles, volume XXXII, 2004

BERNARD Bruno, « Bruxellois à Vienne. Viennois à Bruxelles », in Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XXXII, Editions de l’Université de Bruxelles, 2004.

 

 

    Version texte

 

Résumé

 

Même s'ils jouissaient d'une réelle autonomie - un fruit de leur histoire auquel ils étaient particulièrement attachés - c'est cependant, en dernier ressort, depuis Vienne qu'une bonne partie des territoires belges et luxembourgeois actuels furent gouvernés entre 1715 et 1794. Bruxelles, en effet, bien que capitale des Pays-Bas autrichiens, devait sans cesse s'en référer à " l'autre capitale ", impériale celle-là et où résidaient ses souverains Habsbourg : Charles VI, Marie-Thérèse, puis Joseph II. Si l'on connaît bien, pour l'essentiel, la teneur des relations politiques, plus ou moins tendues, qu'entretinrent pendant ces huit décennies la population et les autorités de Bruxelles avec les souverains habsbourgeois et leur gouvernement, il s'en faut de beaucoup, cependant, que l'on ait fait l'inventaire des échanges entre les deux villes en ce qui concerne les hommes et les idées.

 

L'appartenance commune à " la Monarchie " - ainsi qu'elle se désignait elle-même et que certains hauts fonctionnaires bruxellois se plaisaient également à la nommer - cette appartenance à un vaste ensemble de territoires comprenant, non seulement l'Autriche, mais aussi les pays tchèques, hongrois ou encore lombards, que signifiait-elle réellement pour les élites sociales, politiques ou culturelles qui en faisaient l'expérience concrète lors d'un séjour dans " l'autre capitale " ? Et comment y étaient-elles reçues ? Y avaient-elles réellement le sentiment de se trouver " en pays de connaissance " ? Ou bien en ressentaient-elles surtout l'altérité ? Et les peuples communiaient-ils dans une même ferveur à l'occasion des grands événements dynastiques, comme par exemple le décès inattendu de l'empereur François 1er en 1765, à l'occasion duquel une impressionnante pompe funèbre fut organisée à Bruxelles ?

 

De quel poids, enfin, Bruxelles pesait-elle dans la vie culturelle de " la Monarchie " ? Et sut-elle notamment profiter, pour se faire reconnaître un rôle privilégié en ce domaine, de l'atout indéniable que constituait la proximité de Paris, métropole des arts et des lettres au siècle des Lumières ?

 

 


L'émergence des beaux-arts, hors-série 10, 2004

LOIR Christophe, « L'émergence des beaux-arts en Belgique.  Institutions, artistes, public et patrimoine (1773-1835)», in Etudes sur le XVIIIe siècle, hors-série 10, Editions de l’Université de Bruxelles, 2004.

 

 

   Version texte

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

Le monde artistique, en perpétuelle évolution, pose sans cesse de nouveaux défis, encore nombreux en ce début de XXIe siècle : statut des artistes, protection du patrimoine, développement des musées, accès et formation du public, évolution de l'enseignement et essor des expositions. Ces défis incitent à chercher de nouvelles formules en vue de trouver la meilleure adéquation entre les composantes du monde artistique et notre société. La perspective historique devrait pouvoir éclairer cette quête constante.

 

Christophe Loir analyse une des étapes majeures de cette évolution : l'émergence et l'encouragement des beaux-arts en Belgique, au tournant des temps modernes et de l'époque contemporaine. Durant cette période fascinante, on assiste à une reconfiguration profonde du monde artistique, touchant à la fois le cadre institutionnel, le statut de l'artiste, le rapport aux oeuvres d'art et les pratiques du public ; soit les institutions, les hommes et les oeuvres. Ce sont les grandes composantes du monde artistique actuel qui se mettent en place : développement des académies, naissance des musées et des salons, apparition de l'artiste et des beaux-arts, formation du public, prise de conscience du patrimoine et intervention des pouvoirs publics.

 

L'auteur étudie donc l'évolution et l'apport de quatre régimes politiques successifs : l'innovation à la fin du régime autrichien (1773-1794), l'expansion sous le régime français (1794-1814), l'administration sous le régime hollandais (1814-1830) et la consécration au cours des premières années qui suivent l'indépendance de la Belgique (1830-1835).  

 

 


Le XVIIIe, un siècle de décadence?, volume XXXIV, 2006

ANDRE Valérie, BERNARD Bruno, « Le XVIIIe, un siècle de décadence ? », in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XXXIV, Editions de l’Université de Bruxelles, 2006.

 

 

   Version pdf texte sous image

 

Résumé

 

Sans doute peu de lecteurs du XXIe siècle répondraient-ils positivement à la question posée en tête de ce volume. Et le fait même de la formuler pourra paraître incongru à certains.
 
Ce serait ignorer, cependant, qu’en plein siècle des Lumières, de nombreuses voix se sont élevées afin de mettre en doute les progrès dont on se targuait généralement dans les différents domaines de la connaissance, des arts, ou de la littérature. Et ces voix n’émanaient pas que des anti-Philosophes, loin de là ! Dans le camp philosophique lui-même, en effet, les plus grands auteurs – Rousseau, bien sûr, mais aussi Voltaire ou Montesquieu, par exemple – n’ont pas manqué de comparer défavorablement leur propre époque aux précédentes, jugées plus fastes, plus sages, ou comme ayant fait preuve d’un goût plus sûr.

L’Antiquité, cela va sans dire, se taille la part du lion dans ces flatteuses appréciations, mais aussi, notamment, un XVIIe siècle que l’éclat du Roi-Soleil nimbe encore d’un énorme prestige.  Tour à tour, tous les domaines de la vie sociale sont passés au crible par les censeurs des turpitudes du siècle : décadence des mœurs et de l’art de gouverner, laxisme des couvents, recul de la musique religieuse « inspirée » devant un art désormais voué au seul plaisir, vogue dangereuse du « trop facile » roman, utopies aventureuses menaçant l’ordre social, etc.

Face à ce constat plutôt inquiétant, nombreux sont les auteurs qui finissent par se résigner à imputer aux "lois de l’histoire", ou même parfois à celles de l’évolution de l’espèce humaine, cette "décadence" somme toute inévitable puisqu’elle se trouve en germe dans tous les apogées.

On se convainc par conséquent, en lisant ce volume, que derrière le masque optimiste des Lumières et le rêve qu’elles portent d’un avenir meilleur, les hommes du dix-huitième siècle pressentaient avec acuité, mais non sans trouble, l’approche d’une impasse sociétale qui allait bientôt conduire aux bouleversements que l’on sait.  Entre nostalgie d’un passé déjà révolu et anticipations audacieuses d’un futur encore espéré, la tension était manifestement devenue trop forte.A l’appel du Groupe d’étude du XVIIIe siècle de l’Université libre de Bruxelles, une quinzaine de chercheurs belges, français et italiens se sont penchés sur ce thème, sans doute trop peu étudié jusqu’à présent.


La Duchesse du Maine (1676-1753) : une mécène à la croisée des arts et des siècles, volume XXXI, 2003

CESSAC Catherine, COUVREUR Manuel, « La Duchesse du Maine (1676-1753) : une mécène à la croisée des arts et des siècles», in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XXXI, Editions de l’Université de Bruxelles, 2003.

 

 

      Version pdf texte sous image 

 

Les illustrations de cet ouvrage n’ont pu être reproduites afin de se conformer à la législation belge en vigueur.

 

Résumé

 

 

"Chamarrée", ainsi Saint-Simon qualifiait-il la personnalité complexe d'Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé (1676-1753), précieuse et pédante, frivole mais frondeuse. Sans doute cette excentricité – au sens premier du terme – s'explique-t-elle par un statut social bancal : petite-fille du Grand Condé, membre à part entière de la plus haute aristocratie, celle du sang, elle avait été mariée en 1692 au duc du Maine, l'aîné des bâtards nés du double adultère de la marquise de Montespan et de Louis XIV. Cependant, tout en rappelant à son époux l'infériorité de sa naissance, elle n'aura de cesse – et de plus en plus au fur et à mesure que la mort du roi se rapprochera inévitablement – de le soutenir : à la tête de la conjuration de Cellamare, elle tentera mème de faire enlever la Régence au duc d'Orléans au profit du duc du Maine. Le complot fut déjoué et la duchesse emprisonnée. Ces revers ne l'empêchèrent pas de reprendre ensuite, certes sur un mode assourdi, une vie mondaine et intellectuelle brillante : le président Hénault, Rose de Staal-Delaunay, Fontenelle, Houdar de La Motte ou la marquise du Deffand comptèrent alors parmi ses familiers. Sa célébrité demeure cependant attachée aux Grandes Nuits de Sceaux, divertissements aussi singuliers que dispendieux par laquelle elle avait su ranimer un temps les splendeurs éteintes de la cour du Roi Soleil. Mêlant poésies galantes, théâtre de société, bals, ballets ou cantates, ranimant le flambeau de la tragédie grecque tout en faisant éclore le genre de l'opéra-comique, les Divertissements de Sceaux témoignent de l'éclectisme de la duchesse et de ses principaux mentors : l'abbé Genest et Malézieu. La réputation de son esprit et plus encore la sûreté de son goût séduisirent les tenants des Anciens comme les plus résolus des Modernes, les célébrités confirmées – Chaulieu, Baron ou Fontenelle – autant que les débutants les plus prometteurs : Mouret, Bourgeois ou Colin de Blamont... C'est à Sceaux que Voltaire fit ses premiers pas dans le monde et c'est à l'intention de la duchesse qu'il écrivit les premiers de ces contes qui devaient les immortaliser tous deux.

 


Gestion et entretien des bâtiments royaux dans les Pays-Bas autrichiens, volume XXIX, 2001

BETHUME Kim, "Gestion et entretien des bâtiments royaux dans les Pays-Bas autrichiens (1715-1794)", in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XXIX, Editions de l’Université de Bruxelles, 2001.

 
     Version pdf texte sous image 

 

Résumé

 

Depuis la gouvernance de Marie de Hongrie, les Gouverneurs généraux chargés de l'administration de nos provinces avaient pour habitude de s'installer à Bruxelles. Pour leur confort et celui de l'importante Cour qui les entourait, le Souverain avait mis à leur disposition l'ensemble de ses biens immobiliers en Brabant. Ces châteaux, maisons, parcs, viviers et autres étaient entretenus à grands frais par une institution spécialement mise en place dans ce but : le Bureau des ouvrages de la Cour.

Méconnu jusqu'à présent, cet organisme constituait toutefois une pièce maîtresse dans l'organisation de la vie quotidienne de la Cour de Bruxelles. Les compétences de cette institution ainsi que le personnel qui la composait ont été étudiés à partir des instructions et règlements édictés pour ce département. Ces directives ont ensuite été confrontées aux activités quotidiennes du Bureau pour déterminer dans quelle mesure elles étaient appliquées et/ou adaptées. Enfin, les difficultés éprouvées par ce département dans la gestion de ses affaires ont également été analysées. Grâce à cette étude, un portrait relativement complet du Bureau des ouvrages de la Cour a donc pu être dressé, permettant ainsi de le situer parmi les autres institutions centrales du gouvernement
autrichien.


Portraits de femmes, volume XXVIII, 2000

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éd, "Portraits de femmes", in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XXVIII, Editions de l’Université de Bruxelles, 2000.


       Version pdf texte sous image 

 

 

Table des matières

 

Introduction.  Valérie VAN CRUGTEN-ANDRE

 

Qui sont les philosophes des Lumières ?  Samia L. SPENCER

 

L'oeuvre dramatique d'Isabelle de Charrière. Classicisme et renouvellement.  Yvette WENT-DAOUST

 

Madame Roland épistolière.  Gîta MAY

 

Sophie Ristaud-Cottin. Un Sturm-und-Drang à la française ?  Geneviève GOUBIER-ROBERT

 

Madame de Krüdener (1764- 1824).  Francis LEY

 

Les Souvenirs de la baronne du Montet. Une autobiographie masquée.  Henri ROSSI

 

Aimer ou haïr Madame de Genlis ?  Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIEVAL

 

L'éducation du «prince fait pour régner» selon Madame de Genlis : réalité et fiction.  Regina BOCHENEK-FRANCZAKOWA

 

Félicité de Choiseul-Meuse : du libertinage dans l'ordre bourgeois.  Valérie VAN CRUGTEN-ANDRE

 

La place des femmes dans la correspondance amoureuse : le cadre normatif de l'épistolaire au XVIIIe siècle.  Jürgen SIESS

 


Vie quotidienne des couvents féminins de Bruxelles au siècle des Lumières (1754-1787), hors-série 9, 1999

LIBERT Marc : "Vie quotidienne des couvents féminins de Bruxelles au siècle des Lumières (1754-1787)" in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume hors-série 9, Editions de l'Université de Bruxelles, 1999.


    Version pdf texte sous image

Résumé

Au couvent, la vie est rythmée par les différents offices religieux. Le quotidien ne se résume pourtant pas à cette succession de célébrations liturgiques et le monde monastique rencontre des préoccupations communes à l'ensemble de la population. Ce sont ces réalités-là que Marc Libert a voulu mettre en lumière.


Comment appréhendait-on à l'abri de la clôture des phénomènes aussi banals que le manger, le boire, la protection contre le froid, l'éclairage, le rapport au monde médical ou culturel ?


L'auteur s'est attaché à faire un point détaillé de ces questions pour deux monastères féminins bruxellois durant le dernier tiers du XVIIIe siècle. De multiples comparaisons avec d'autres couvents et abbayes de la capitale et de l'ensemble du territoire "belge" ont permis de mieux éclairer la vie matérielle dans les cloîtres.


En outre, la naissance des phénomènes de "consommation de masse" au sein de la société séculière a aussi pu être appréhendée. Cet ouvrage s'engage dans une voie trop longtemps négligée des historiens de la vie monastique et de la vie matérielle.


La haute administration dans les Pays-Bas autrichiens, volume XXVII, 1999

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "La haute administration dans les Pays-Bas autrichiens" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXVII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1999.


    Version pdf texte sous image

Résumé

De la guerre de succession d'Espagne (1701-1714) au traité de Campoformio (1797), l'administration des Pays-Bas autrichiens évolua substantiellement.


Comme le montrent Steve Jacob, Denis Tomboy et Gaëtan Van Goidsenhoven qui ont scruté la carrière et les faits et gestes de trois hauts fonctionnaires en activité au XVIIIe siècle, ceux-ci forment un véritable corps. Ces trois portraits éclairent d'un jour nouveau le parcours d'Ambroise-Joseph de Herzelles, de Denis de Cazier et de Jacques-Antoine Le Clerc.


Ces techniciens, d'origine noble ou non, seront les piliers de la modernisation d'un Etat en évolution et deviendront les intermédiaires obligés entre Vienne et Bruxelles. Les auteurs expliquent ces mécanismes et retracent la mutation du monde des "grands commis de l'Etat", leur ascension, leur faste et leur disparition.

Fruit de mémoires de licence à l'Université libre de Bruxelles, cet ouvrage brosse un portrait de la fonction administrative au XVIIIe siècle.


La sécularisation des oeuvres d'art dans le département de la Dyle, hors-série 8, 1998

LOIR Christophe : "La sécularisation des oeuvres d'art dans le Brabant 1773-1842" in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume hors-série 8, Editions de l'Université de Bruxelles, 1998.


    Version pdf texte sous image

Résumé

L'homme de la fin du XXe siècle est accoutumé à contempler des tableaux anciens à iconographie religieuse dans les musées. L'oeuvre y est cependant totalement affranchie du contexte originel pour lequel elle avait été créée.


Comment et pourquoi ces oeuvres conçues pour un édifice de culte ont-elles été transférées dans un établissement réservé à la culture ? Par quels cheminements et sous quels statuts sont-elles passées de l'Eglise à l'Etat ? Quel est l'impact de cette sécularisation sur l'oeuvre d'art ?


Christophe Loir analyse, à partir d'un important dépouillement d'archives anciennes, le phénomène de sécularisation des oeuvres d'art dans le Brabant à travers les périodes autrichienne, française, hollandaise et le début du Royaume de Belgique. Ce brassage chronologique permet pour la première fois de comprendre dans une vision globale divers événements tels la suppression de l'ordre des Jésuites et des couvents "inutiles", les conquètes artistiques des Français dans les Pays-Bas, la vente des biens nationaux, la redécouverte des primitifs flamands, la restitution par Paris de nombreux chefs-d'oeuvre de l'école flamande en 1815 et surtout la création du musée de Bruxelles, noyau des actuels Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.


L'auteur étudie les implications politiques, économiques, artistiques et religieuses de la sécularisation entre 1773, année de la suppression des jésuites et 1842, année de la vente du musée de la ville de Bruxelles à l'Etat belge : les prémices sous la période autrichienne, les développements sous la période française ainsi que les prolongements sous la période hollandaise et le Royaume de Belgique. Dans chacune de ces périodes, sont successivement étudiés le mouvement de décontextualisation qui extrait l'oeuvre de son contexte et le mouvement de recontextualisation partielle qui l'y replace sous un nouveau statut.


Dans la dernière partie de l'ouvrage, l'auteur analyse les différentes attitudes inhérentes à la sécularisation : conserver, financer, transporter, inventorier, expertiser, sélectionner, muséaliser, restaurer, exposer, protéger, enrichir, légiférer, institutionnaliser et légitimer ; autant d'actions qui témoignent de la prise de conscience d'un patrimoine artistique.


Topographie du plaisir sous la Régence, volume XXVI, 1998

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Topographie du plaisir sous la Régence" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXVI, Editions de l'Université de Bruxelles, 1998.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

M. Couvreur : et Philippe Vendrix : Pour Maurice Barthélemy

Ph. Vendrix : Bibliographie de Maurice Barthélemy

V. Crugten-André : Que la fête commence...

Th. Favier : Louis XV parisien : un aspect de la musique religieuse sous la Régence

J.-P. C. Montagnier : Réflexions sur une datation possible de la Messe de mort d'André Campra

J. de la Gorce : Toussaint Bertin de Ladoué, musicien du Régent et compositeur des Plaisirs de la campagne

Cl. Jamain : Le concert extravagant. Une expérience de la modernité chez Bordelon et Moncrif

Fr. Moureau : Epigrammes inédites de Chaulieu contre des auteurs dramatiques et des poètes

F. Preyat : L'alter et l'ego ou "l'ironie frappée d'incertitude". Critique et humour dans les contes de l'abbé de Choisy

Ling-Ling Sheu : Ecriture et lecture sous la Régence, d'après Le spectateur français de Marivaux

Christoph Strosetzki : De la conversation classique au badinage chez Montesquieu et Marivaux

Y. Sumi : Pour une esthétique de l'improvisation collective. Le cas de haïkaï, pratique poétique de Bashô

B. Porot : Les airs contrastés : un procédé d'écriture dans le premier Livre de cantates de Jean-Baptiste Stuck, musicien du duc d'Orléans

M. Couvreur : De Raoux à Couperin. Le dialogue des vestales et des pèlerines.


Parcs, jardins et forêts au XVIIIe siècle, volume XXV, 1997

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Parcs, jardins et forêts au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXV, Editions de l'Université de Bruxelles, 1997.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

E. Beetz : Joachim Zinner (1742-1814) : biographie d'un jardinier mal connu

D. Disenhaus : La conception du "nouveau" parc de Bruxelles, 1774-1782

S. Lefèbvre : Les pépinières dans les Pays-Bas autrichiens : le cas de Soignes

A. Chahou : Les bois du Domaine dans le Hainaut au XVIIIe siècle (1730-1780) : le domaine de Binche

C. Hermant : Les aménagements du domaine de Tervueren et le "château Charles" sous Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens (1749-1780).


Jean-François Vonck (1743-1792), volume XXIV, 1996

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Jean-François Vonck (1743-1792)" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXIV, Editions de l'Université de Bruxelles, 1996.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

J. Vercruysse et Br. Bernard : Introduction

J. Stengers : Jean-François Vonck, un patriote belge ?

J. C. A. De Clerck : Vonck avant Vonck : les années inconnues (1743-1787)

J. Vercruysse : Portrait psychologique de Jean-François Vonck

Br. Bernard : Jean-François Vonck sous le regard des historiens

J. Polasky : Les démocrates bruxellois ; L. Dhondt : Les débuts de la démocratie en Belgique et la figure de Jean-François Vonck

D. Rosselle : Jean-François Vonck et les milieux révolutionnaires lillois : première esquisse

J. A. F. de Jongste : Les patriotes néerlandais, 1780-1787. Rêve et réalité

Ph. Raxhon : Révolutionnaires liégeois et vonckistes

E. Collet : Les caricatures de la Révolution brabançonne.


Autour du Père Castel et du clavecin oculaire, volume XXIII, 1995

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Autour du Père Castel et du clavecin oculaire" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1995.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

M. Couvreur et J.-L. Jam : Avant-propos

A.-M. Chouillet : Le père Castel et son clavecin oculaire

K. Van Hercke : Le journal du clavecin oculaire : démonstration philosophique, esthétique, apologétique ou poétique ?

D. Bariaux : Le clavecin oculaire du père Castel : outil d'exploration du geste artistique

C. Gepner : Le regard en mouvement

M. Blay : Castel critique de la théorie newtonienne des couleurs

J.-L. Jam : Castel et Rameau

J. Ehrard : Une "amitié de trente ans" : Castel et Montesquieu

L. Perol : Diderot, le P. Castel et le clavecin oculaire

A. Montandon : Castel en Allemagne : Synesthésies et correspondances dans le romantisme allemand

M. Couvreur : Aperçus d'un naufrage : les ouvrages perdus ou inédits du père Castel

Ph. Vendrix : Castel et la musique : quelques aspects inédits

N. Vanwelkenhuyzen : Du Jardin des délices au désert des Tartares : variations du père Castel sur l'origine des langues ; Annexes : Annexe I : Textes inédits : Plan d'impression ; La clef de l'histoire et des arts ; Traité sur l'imagination ; Lettre à la comtesse de Maillebois

M. Couvreur et Ph. Vendrix : Annexe II : Liste des manuscrits du père Castel conservés à la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles

M. Couvreur : Annexe III : Liste chronologique des écrits publiés par le père Castel.


Retour au XVIIIe siècle, volume XXII, 1994

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Retour au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1994.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

M. Couvreur : Avant-propos

R. Fayt : La galanterie des "Lumières", source d'éditions clandestines au XIXe siècle à Bruxelles

R. Mortier : Arsène Houssaye et la redécouverte du XVIIIe siècle français

R. Trousson : Le Contrat social et les hommes de 1848

B. Cannone : Ce qu'il advint des écrits sur la musique du XVIIIe siècle, et de ceux de Rousseau, au début du siècle suivant

G. Loubinoux : Le chercheur d'esprit ou Offenbach et la mémoire du XVIIIe

J.-M. Fauquet : César Franck et l'art lyrique français du XVIIIe siècle

Th. Malengreau : Vers une nouvelle approche du néo-classicisme musical des années vingt. Confrontation des écrits et de la musique de Schönberg et de Stravinsky

Cl. Sorgeloos : Influences du XVIIIe siècle sur les relieurs belges

M. Grasso : Aspecta Medusa. Notes sur la diffusion d'une iconographie entre deux siècles

R. Lefère : Les liaisons dangereuses cinématographiées : modalités d'un retour au passé.
Br. D'hainaut-Zveny : Les décors rocaille. Essai d'analyse stylistique

P. Colman : Le style rococo dans l'orfèvrerie en Belgique. Commencements et effacements

M. Jottrand : Le style rocaille dans la porcelaine de Tournai

Cl. Sorgeloos : Le livre dans les Pays-Bas autrichiens et à Liège. Une esthétique rocaille ?

R. Mortier : Diderot contre Boucher, ou le refus du rococo

E. Van der Schueren : Les petits abbés dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles.


Patrice-François de Neny (1716-1784). Portrait d'un homme d'état, volume XXI, 1993

BERNARD Bruno, ed. : "Patrice-François de Neny (1716-1784), portrait d'un homme d'état" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XXI, Editions de l'Université de Bruxelles, 1993.


    Version pdf texte sous image

Résumé

Personnage essentiel et injustement méconnu du XVIIIe siècle belge, Patrice-François de Neny fut, au long d'une carrière gouvernementale de près d'un demi-siècle, un élément moteur de l'appareil administratif autrichien à Bruxelles.


Fils d'un émigré irlandais devenu, dans la première moitié du siècle, secrétaire d'Etat et de Guerre, il gravit successivement tous les échelons du gouvernement avant d'occuper de 1757 à 1783 le poste le plus élevé qu'un "Belge" pût alors ambitionner : celui de "chef et président" du Conseil privé.


S'inscrivant - non sans nuances - au sein du vaste courant des Lumières, et servant avec fidélité tant Marie-Thérèse que son fils et successeur Joseph II, il offre cependant l'image d'un homme fortement marqué par le contexte "national" des anciens Pays-Bas. Son attachement aux constitutions traditionnelles des principautés souligne notamment, tout comme son refus réitéré de l'arbitraire, ce qu'il doit au terreau juridique et institutionnel local, mais aussi à Montesquieu, le seul, parmi les "Philosophes", qu'il admire sans réserve.


Véritable "homme-orchestre" du gouvernement, il déploie ses compétences tant en matière diplomatique - l'actuelle frontière franco-belge lui doit beaucoup - qu'à la tête de l'Université de Louvain ou encore lors de la suppression, en 1773, de la Compagnie de Jésus. Chrétien convaincu, mais refusant, en bon gallican et philojanséniste qu'il est, l'intrusion de l'Eglise dans la sphère politique, il vise, comme Joseph II, à mettre le clergé au pas et à le rendre à sa destination originelle : le service de Dieu et du prochain.


Homme de cabinet, historien à ses heures, il ne néglige pas pour autant une vie privée et familiale que l'on devine empreinte de confort, de bonne chère et d'urbanité bourgeoise, que ce soit en son hôtel bruxellois, à sa "campagne" de Vilvorde, ou encore à Villers-sur-Lesse, en Ardenne, où il rejoint chaque été sa fille, Charlotte, et son gendre Pierre-Benoït Desandrouin.


Dans cet ouvrage, fruit d'un décennie de recherches, Bruno Bernard restitue, sous toutes leurs facettes, la personnalité et l'action de ce grand homme d'Etat.


Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens, volume XX, 1993

GALAND Michèle, eds. : "Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XX, Editions de l'Université de Bruxelles, 1993.


    Version pdf texte sous image

Résumé

La deuxième moitié du XVIIIe siècle fut marquée par la volonté des autorités autrichiennes de contrôler et d'harmoniser la politique menée dans l'ensemble des possessions habsbourgeoises, y compris dans ce qu'on appelait alors les « Provinces belgiques ».

Michèle Galand s'est attachée à préciser l'évolution institutionnelle des organes gouvernementaux de Bruxelles, en mettant plus particulièrement en évidence l'impact de cette politique centralisatrice sur la fonction de gouverneur général qu'a exercée Charles de Lorraine durant le règne de Marie-Thérèse.


A cette fin, l'auteur a reconstitué l'itinéraire de Charles de Lorraine, mal connu pour les premières années de son gouvernement, et elle a analysé le processus des décisions prises par le gouvernement, qui était assisté par un ministre plénipotentiaire dont l'emprise s'est accrue au fil du temps. L'action du prince est donc mise en relation avec celle des trois ministres qui se sont succédé à ses côtés après la guerre de succession d'Autriche. La personnalité de Charles de Lorraine, sa popularité, ses contacts avec la haute noblesse locale, ses options politiques enfin sont également prises en compte pour évaluer pleinement son rôle au sein du gouvernement des Pays-Bas autrichiens.


Musiques et spectables à Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XIX, 1992

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Musiques et spectacles à Bruxelles au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XIX, Editions de l'Université de Bruxelles, 1992.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

M. Couvreur : Avant-propos

J.-Ph. Van Aelbrouck : Le théâtre et la danse à Bruxelles de 1760 à 1765

N. Bauchau : La Porte de Laeken : une prison pour les comédiens dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

M. Cornaz : La vie musicale à Bruxelles entre 1741 et 1780 vue par le biais de la Gazette de Bruxelles et de la Gazette des Pays-Bas

L.R. Baratz : Les oeuvres de Joseph Hector Fiocco (1703-1741) dans la bibliothèque du chanoine Vanden Boom (1688-1769)

A. François : Les collections privées de livres et d'instruments de musique au travers des catalogues de vente bruxellois, durant les règnes de Marie-Thérèse et Joseph II d'Autriche (1740-1790)

H. Vanhulst : La diffusion de la musique de Mozart à Bruxelles d'après le dernier Catalogue de Weissenbruch (1813).


Les savants et la politique à la fin du XVIIIe siècle, hors-série 7, 1991

VYVER Gisèle van de, REISSE Jacques, eds. : "Les savants et la politique à la fin du XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIe siècle, hors-série 7, Editions de l'Université de Bruxelles, 1991.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

G. Van de Vyver et J. Reisse : Introduction

R. Devleeshouwer : L'heureux XVIIIe siècle

J. Dhombres : Savants en politique, politique des savants. Les expériences de la Révolution française

B. Maitte : L'enseignement des sciences

J.-B. Robert : L'itinéraire d'un savant : Joseph Fourier

H. Hasquin : La Révolution et les sciences. La passion de l'Universel

Cl. Sorgeloos : Les savants à l'école. Le cas du Hainaut

Annexe : Condorcet : Raisons qui m'ont empêché jusqu'ici de croire au magnétisme animal.


Rocaille. Rococo, volume XVIII, 1991

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, eds. : "Rocaille, rococo" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XVIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1991.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Br. D'hainaut-Zveny : Introduction

J. Weisgerber : Qu'est-ce que le rococo ? Essai de définition comparatiste

M. Barthélemy et Ph. Vendrix : Le rococo et la musique française ? Deux points de vue

M. Couvreur : Les crispations théoriques de l'esthétique du merveilleux comme hypothèse du livret de tragédie en musique "rococo"

J.-Ph. Van Aelbrouck : Les mascarades à la cour de Charles de Lorraine : divertissements dansés à caractère rococo ?

M. Frédéricq-Lilar : Quelques aspects du rococo flamand : l'architecture et le décor intérieur

H. Bussers : Quelques exemples de sculpture rococo

M. Brion : La Mort et Watteau

M. Roland Michel : De la gravure comme mode de diffusion des motifs rocaille

Br. D'hainaut-Zveny : Les décors rocaille. Essai d'analyse stylistique

P. Colman : Le style rococo dans l'orfèvrerie en Belgique. Commencements et effacements

M. Jottrand : Le style rocaille dans la porcelaine de Tournai

Cl. Sorgeloos : Le livre dans les Pays-Bas autrichiens et à Liège. Une esthétique rocaille ?

R. Mortier : Diderot contre Boucher, ou le refus du rococo

E. Van der Schueren : Les petits abbés dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles.


Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec, volume XVII, 1990

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Fêtes et musiques révolutionnaires : Grétry et Gossec" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XVII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1990.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Introduction.  Manuel COUVREUR


Le musicien et le librettiste dans la Nation: propriété et défense du créateur par Nicolas Dalayrac et Michel Sedaine.  Françoise KARRO


Les décors du Théâtre de l'Opéra-Comique de 1789 à 1799.  Raphaëlle LEGRAND


François-Joseph Gossec, compositeur dramatique. Orientations pour l'étude de ses opéras et musiques de scènes pour tragédies de Sabinus à Athalie.  Dominique LAUVERNIER


De quelques manuscrits autographes inédits de Gossec. Charles VAN DEN BORREN


Le Diable et le Bon Dieu ou l'incroyable rencontre de Sylvain Maréchal et de Grétry.  Manuel COUVREUR


Proposition pour une poétique musicale révolutionnaire. L'exemple d'André Modeste Grétry.  Philippe VENDRIX


La chanson populaire française de 1789 à la Restauration. Evolution et fonctions.  Nathalie VERSTRAETEN


Les fêtes révolutionnaires à Liège.  Philippe RAXHON


Sonorités nouvelles aux fêtes de la Révolution française.  Malou HAINE


Conclusion.  Maurice BARTHÉLEMY

 


La révolution liégeoise de 1789 vue par les historiens belges, hors-série 6, 1989

RAXHON Philippe : "La révolution liégeoise de 1789 vue par les historiens belges" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume hors-série 6, Editions de l'Université de Bruxelles, 1989.


    Version pdf texte sous image

Résumé

La Révolution liégeoise de 1789 s'inscrit dans le cadre des révolutions atlantiques.


Les approches à caractère historique ou littéraire dont elle fut l'objet aux XIXe et XXe siècles en Belgique, sont révélatrices de la manière dont l'histoire est construite par l'historien, et de la nature des sociétés dans lesquelles elle s'élabore. Entre 1805 et 1988, la Révolution liégeoise est un matériau qui a évolué, et l'auteur a cherché à comprendre cette évolution.


Dès lors, fruit d'un long travail universitaire, cet ouvrage fait le point sur l'historiographie révolutionnaire en Belgique, à l'heure du Bicentenaire des révolutions.


Fresque grandiose qui ouvre la voie à l'époque contemporaine, et source d'innombrables querelles, la Révolution de 1789 n'a cessé d'interpeller la conscience des hommes, et l'effort de chaque historien pour la condamner, la défendre, ou l'expliquer, est justement celui de l'esprit en mouvement qui donne sa qualité suprême à l'aventure humaine.


Il s'agit d'en apprécier toutes les conséquences, pour mieux concevoir notre relation avec le passé, et notre conduite face au souvenir et à son trajet dans la mémoire.


Deux aspects contestés de la politique révolutionnaire en Belgique : langue et culte, volume XVI

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, « Deux aspects contestés de la politique révolutionnaire en Belgique : langue et culte », in Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XVI, Editions de l’Université de Bruxelles, 1989.

 

 

      Version pdf texte sous image 

 

Table des matières

 

Avant-propos

 

La Révolution et la politique de la langue. Renée BALIBAR4

 

Symétries ? Flamand, wallon et politique de la langue à la Révolution française. Daniel DROIXHE

 

La francisation révolutionnaire, résultat d'initiatives locales. Le cas des tribunaux en Flandre et en Alsace. Herman VAN GOETHEM

 

La francisation de Bruxelles sous la République et l'Empire. Mythes et réalités. Hervé HASQUIN

 

Laïcisation des institutions et tentatives de mesure de son impact : l'exemple de l'état civil. Claude BRUNEEL

 

Prêtres assermentés et curés réfractaires. L'enjeu politique fondamental. Jan ROEGIERS

 

Oppositions religieuses et Stévenismes. André TIHON

 

La guerre dite «des paysans » et le processus révolutionnaire en Belgique. Luc DHONDT

 

Les résistances à la Révolution. "La Vendée belge" (1798-1799) : nationalisme ou religion ? Marie-Sylvie DUPONT-BOUCHAT

 


Unité et diversité de l'empire des Hasbourg à la fin du XVIIIe siècle, volume XV, 1988

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Unité et diversité de l'empire des Hasbourg à la fin du XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XV, Editions de l'Université de Bruxelles, 1988.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

A. Molitor : La création de l'Académie royale de Belgique

R. Mortier : Diversité des Lumières

E. Kovács : Die südlichen Niederlande innerhalb der Österreichischen Monarchie des 18. Jahrhunderts

P. Lenders : Trois façons de gouverner dans les Pays-Bas autrichiens

St. Grodziski : Les réformes de Marie-Thérèse et de Joseph II en Galicie de 1772 à 1790

R. Prazák : Die böhmischen Länder, Belgien und die Reformen von Joseph II

E. Balázs : La Hongrie dans l'Empire des Habsbourg au XVIIIe siècle. Une société à deux visages

A. Dutu : Pouvoir des Habsbourg et peuple roumain au XVIIIe siècle

D. Medakovic : Die Lage des serbischen Volkes in Österreich im Laufe des 18. Jahrhunderts

E. Wangermann : Die unerwarteten Reaktionen auf die Josephinischen Reformen in Österreich

F. Diaz : L'empire des Habsbourg et le mouvement des réformateurs italiens en Toscane et en Lombardie au XVIIIe siècle

G. Trausch : Les Habsbourg, incarnation de l'Empire au Luxembourg à la fin du XVIIIe siècle : fidélité dynastique et manque de conscience impériale

J. Roegiers : Nederlandse Vrijheden en trouw aan het Huis van Oostenrijk

H. Hasquin : La "révolution brabançonne" ou quand l'Histoire marche à reculons

M. Csáky : L'Aufkärung et la conscience autrichienne.


Emmanuel de Cröy (1718-1784), hors-série 5, 1987

DION Marie-Pierre : "Emmanuel de Cröy (1718-1784)" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume hors-série 5, Editions de l'Université de Bruxelles, 1987.


    Version pdf texte sous image

Résumé

Emmanuel de Croÿ a l'envergure d'un Vauban ou d'un Maurice de Saxe. Ses passions : la grandeur de sa famille et les lettres. Combatif, audacieux, doté d'un redoutable sens des affaires, il investit dans la terre et dans l'industrie et se retrouve à la tête d'un capital de six millions de livres.


Sa bibliothèque était imposante : 4 000 titres, 8 000 volumes. Ouvert à la modernité, soucieux de concilier foi et raison, il y cherche un savoir pratique, une science "claire et pas du tout farouche", écrit-il dans des Mémoires, interrompus, aux portes de la mort, sur cette phrase qui résume sa philosophie de l'existence : "Enfin, il faut étudier à chaque minute et avec courage".


De ce personnage complexe, Marie-Pierre Dion a brossé un portrait chaleureux et vivant. Le talent de l'historienne, la rigueur de sa méthode font de cette biographie intellectuelle, nourrie aux sources, un livre passionnant.


Le livre à Liège et à Bruxelles au XVIIIe siècle, volume XIV, 1987

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Le livre à Liège et à Bruxelles au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XIV, Editions de l'Université de Bruxelles, 1987.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

R. Birn : De Liège à Paris : la route du livre à l'aube du XVIIIe siècle

D. Droixhe : Systèmes ornementaux. Le cas liégeois

D. Jozic : La bibliothèque de Charles-Nicolas d'Oultremont, prince-évêque de Liège

B. Desmaele : Coup d'oeil sur quelques bibliothèques privées bruxelloises du XVIIIe siècle

Cl. Sorgeloos : L'économie politique et les bibliothèques de grands commis dans les Pays-Bas autrichiens

Th. Dutilleul : Jean Castilhon et la Bibliothèque bleue : les enjeux d'une réécriture. Varia

M. Mat : L'armée et les militaires au XVIIIe siècle.


Morale et vertu au siècle des lumières, hors-série 4, 1986

PLART Henry, ed. : "Morale et vertu au siècle des lumières" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume hors-série 4, Editions de l'Université de Bruxelles, 1986.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

H. Plard : Morale et vertu : les Lumières et le désarroi de l'éthique

M. Delon : Homo sum, nihil a me alienum puto. Sur le vers de Térence comme devise des Lumières

Y. Noble : "Les vierges sont pareilles à la fleur en son lustre". Les fortunes d'un texte à l'ère augustéenne

E. Sala di Felice : Vertu et bonheur à la Cour de Vienne : les livrets d'Apostolo Zeno et Pierre Métastase

M. Poster : Patriarcat et sexualité. Restif et la famille paysanne

M. Montanile : Morale et vertu dans la tragédie jacobine en Italie (1796-1799). Varia

J.-Cl. David : Une source pour l'histoire du dix-huitième siècle : le Vocabulaire philosophique de l'abbé Morellet

M. Trousson : Le concept d'incidente au XVIIIe siècle.


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume XIII, 1986

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume XIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1986.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

MORTIER, R., La pensée des lumières, ou « suivre dans le silence les traces de la raison


PRIAUX, A., Prométhée, les Allemagnes et la Révolution française


BRUNEEL, Cl., Le droit pénal dans les Pays-Bas autrichiens : les hésitations de la pratique


MAT, M., HEIR\VEGH, J.-J., François-Bonaventure Dumont, marquis de Gages (1739-1787)


MARTENS, D., Johan Joachim Winckelmann, lecteur de Giampietro Bellori. Les étapes d'un cheminement critrique


DE ZUTTERE, P., Quelques remarques à propos de l'exposition « 1770-1830 Autour du Néo-classicisme en Belgique » et notes additionnelles au catalogue


L'homme des lumières et de la découverte de l'autre, hors-série 3, 1985

DROIXHE D., GOSSIAUX Pol-P., eds. : "L'homme des lumières et de la découverte de l'autre" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume horssérie 3, Editions de l'Université de Bruxelles, 1985.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Anthropologie. B. Rupp-Eisenreich

Christoph Meiners et Joseph-Marie de Gérando : un chapitre du comparatisme anthropologique

P.-P. Gossiaux : Anthropologie des Lumières (culture "naturelle" et racisme rituel)

L. Strivay : Anthropologie des Lumières et sciences de la terre : le système de Boulanger

D. Brewer : Diderot et l'autre féminin. Signes et langage

K. Simonsuuri : Blackwell et la mythologie classique

B. Stafford : Caractères de pierre, marques sur papier : discours des Lumières sur les taches naturelles et artificielles

B. Didier : Musique primitive et musique extra-européenne chez Rousseau et quelques écrivains du XVIIIe siècle

J. Andresen-Tetel : Images des langues américaines au XVIIIe siècle

D. Droixhe : Des glossements sans raisons. Voyages et rencontres

A. Gunny : Voyageurs européens aux Mascareignes et en Afrique du Sud

D.L. Schlafly : L'Europe occidentale découvre la Russie : les voyageurs étrangers pendant le règne de Catherine II

D. Prégardien : L'iconographie des Cérémonies et coutumes de B. Picart

C. Biondi : L'Afrique des philosophes : lieu mythique, terre d'hommes ou entrepôt de marchandises ?

M. Bastiaensen : Mandéens et Sabéens dans la pensée nouvelle

T.W. Bowling : L'Européen rencontre l'indigène du Nouveau Monde dans le roman français (1751-1800).


Les origines françaises de l'antimaçonnisme (1744-1797), hors-série 2, 1985

LEMAIRE Jacques : "Les origines françaises de l'antimaçonnisme (1744-1797)" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume hors-série 2, Editions de l'Université de Bruxelles, 1985.


    Version pdf texte sous image

Résumé

Société à mystères, la franc-maçonnerie connaît et subit, dès la première décennie qui suit son apparition en France, un intérêt souvent mêlé d'antipathie.


Cette hostilité culmine en 1797 avec la publication des Mémoires pour servir à l'histoire du Jacobinisme de l'abbé Barruel, qui vulgarise la théorie mythique de la responsabilité maçonnique dans les événements révolutionnaires de 1789. La fable du complot fomenté par les francs-maçons contre la monarchie et la religion a connu un succès immédiat, profond et durable. Ses fondements reposent sur des illusions, sur des interprétations erronées, sur une érudition mal maîtrisée.


Le propos de l'auteur consiste à mettre ces erreurs en lumière et à indiquer au moyen de quelles sources le mythe antimaçonnique a pu se constituer. Au cours de son analyse, J. Lemaire montre que les accusations concernant la prétendue influence des loges sur le cours des affaires civiles étaient en germe dès les années 1770, que leur paternité ne revient pas totalement à l'abbé Barruel, mais à divers auteurs, souvent méconnus aujourd'hui, parmi lesquels se comptent, curieusement plusieurs francs-maçons authentiques.


Une famille noble de hauts fonctionnaires : les Neny, volume XII, 1985

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Une famille noble de hauts fonctionnaires : les Neny" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1985.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Br. Bernard : Patrick Mac Neny (1676-1745), Secrétaire d'Etat et de Guerre

Br. Bernard : Les rapports entre le Chef-Président du Conseil Privé Patrice-François de Neny et son père, le Secrétaire d'Etat et de Guerre Patrice Mac Neny

Cl. Sorgeloos : Les bibliothèques de Patrick Mac Neny et de Patrice-François de Neny. Varia.

P. De Zuttere : Un bohème français à Bruxelles : Jean-Adrien-Claude Servandoni (1736-1814)

M. Mat : Peine capitale et réforme du droit pénal au XVIIIe siècle (France, Pays-Bas autrichiens, Principauté de Liège).


Idéologies de la noblesse, volume XI, 1984

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Idéologies de la noblesse" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume XI, Editions de l'Université de Bruxelles, 1984.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

G. Gerhardi : L'idéologie du sang chez Boulainvilliers et sa réception au 18e siècle

N. Johnson : L'idéologie politique du marquis d'Argenson, d'après ses oeuvres inédites

P. Janssens : L'influence sur le continent du modèle aristocratique britannique au XVIIIe siècle

M.E. Zoltowska : La démocratisation de l'idée de l'honneur dans le Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki

R. Galliani : L'idéologie de la noblesse dans le débat sur le luxe (1699-1756)

J. Garagnon : La sensibilité comme idéologie de substitution de la noblesse dans Aline et Valcour

L. et A. Gilon : La "Thalimanie"

B. Demoulin : La réaction de la noblesse et la défense de ses privilèges dans la Principauté de Liège au début du XVIIIe siècle

L. Dhondt : La réaction nobiliaire de la fin de l'Ancien Régime et la révolution des notables de 1787 en Flandre

J. Barta : La noblesse hongroise des Lumières : pour et contre l'absolutisme éclairé de Joseph II

M. Colin : Peut-on parler d'une idéologie nobiliaire en Russie ?

L. Nemeti-Charguina : L'idéologie de la noblesse russe au siècle des Lumières. La fronde aristocratique. Le prince Chtcherbatoff.


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume X, 1983

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume X, Editions de l'Université de Bruxelles, 1983.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

1. PHILOSOPHIE


GRlFFIN-COLLART, E., Liberté et Nécessité ; l'opposition de Reid au compatibilisme de Hume


TROUSSON, R., Auguste Comte et les «philosophes » de l"âge métaphysique


TROUSSON, R., Un «père conscrit » du luthéranisme éclairé : Johann Joachim Spalding (1714-1804)

 

2. LITTERATURE


MORTIER, R., Une fiction politique de l'Ancien Régime : l'Histoire d'un Pou français


PREAUX, A., Le type du maître d'école chez Jean Paul Friedrich Richter et J.M.R. Lenz

 

3. BEAUX-ARTS


FREDERICQ-LILAR, M., Les toiles en façon de tapisserie de l'Hôtel de Coninck à Gand

 

4. HISTOIRE


MAT-HASQUIN, M., HEIRWEGH, J.-J., Aperçu bibliographique sur la noblesse «belge » (Pays-Bas, Principauté de Liège, Duché de Bouillon) au VIIIe siècle

 

LENDERS, P., L'héritage archivistique du Président des Etats de Flandre J.J.P. Vilain XlIII. Sa destruction par les autorités (1778)


D'HAINAUT, B., Les premières fabrications de cristal dans les Pays-Bas autrichiens


DONNERT, E., Pierre le Grand et la conception de l'Etat en Russie à l'aube des Lumières


COMPARATO, I., La polémique autour du Saint-Office à Naples (1688-97) et le libertinage érudit

 


La tolérance civile. Actes du colloque de Mons, hors-série 1, 1982

CRAHAY Roland, ed. : "La tolérance civile. Actes du colloque de Mons" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume hors-série 1, Editions de l'Université de Bruxelles, 1982.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

R. Joly : Propos d'avant colloque.

Les textes : Toleranzpatent et Edits de Bruxelles.

E. Kovács : Zur Genese des Toleranzediktes Joseph II, aus Österreichischer Sicht.

P. Maertens : La promulgation de l'Edit de Tolérance dans les Pays-Bas autrichiens : réactions et conséquences immédiates

J. Vercruysse : Les réflexions du président de Neny sur la tolérance

J. Roegiers : Les Théologiens de Louvain contre l'Edit de Tolérance (1781-1782)

L. Dhondt : La réception de l'Edit et de l'idée de Tolérance dans le comté de Flandre au début de l'époque joséphine

H.R. Boudin : L'Edit de Tolérance et ses implications pour la communauté protestante d'Ostende

M.-T. Isaac : L'opposition des Etats de Hainaut à la liberté religieuse en 1578 et en 1781

H. Hasquin : La tolérance et la question du mariage. Hongrie

R.A. Horvath : L'Edit de Tolérance en Hongrie : histoire et appréciation critique

E. Martonyi : La vie intellectuelle en Hongrie à l'époque de Joseph II. Italie

D. Menozzi : Il dibattito sulla tolleranza nella chiesa italiana della seconda meta del Settecento. France

Ch. H. O'Brien : Jansenists and civil toleration in France, 1775-1778 : Le Paige, Guidi and Robert de Saint-Vincent

G. Weill : Les Lettres patentes de 1784 sur les juifs d'Alsace : tolérance ou despotisme éclairé ? Ultimes débats

M. Chappin S.J. : Entre dogme et diplomatie : la Curie romaine et le problème de la tolérance civile à propos de la "Déclaration" de F.A. de Méan, 1817

R. Aubert : "La liberté en Belgique" du cardinal de Franckenberg au cardinal Sterckx.

R. Crahay : Propos d'après colloque.


La noblesse belge au XVIIIe siècle, volume IX, 1982

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "La noblesse belge au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume IX, Editions de l'Université de Bruxelles, 1982.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

H. Hasquin : Préface

D. Droixhe : Noblesse éclairée, bourgeoisie tendre dans la principauté de Liège au XVIIIe siècle

M. Frédéricq-Lilar : L'Hôtel d'Hane-Steenhuyse à Gand

J.-J. Heirwegh et M. Mat-Hasquin : Itinéraire intellectuel et gestion économique d'un noble hennuyer : Sébastien Charles de la Barre (1753-1838).


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume VIII, 1981

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume VIII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1981.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

BRAEM, J-M., Diderot traducteur de l'Inquiry concerning virtue, or merit


GAUDIER, J.P. et HEIRWEGH, J.-J., Jean-Paul Marana, L'Espion du Grand Seigneur et l'histoire des idées


MAT-HASQUIN, M., Dramaturgie e t démystification dans les comédies d'Isabelle de Charrière


PREAUX, A., Etude comparée du motif des frères ennemis dans les tragédies de Vittorio Alfieri et dans le Sturm und Drang


PETERSEN, M., Le rôle de l'objet dans « Candide »


DOMINICY, M, Beauzée critique de Port-Royal. La théorie du relatif


WILMET, M., La modernité de Beauzée


DUFAYS, J-M., Le « moyen âge » au dix-huitième siècle : contribution à l'étude de la terminologie et de la problématique d'« époque intermédiaire


DESPRECHINS, A., Tapisserie Royale à sujet de l'Astrée appartenant à la Ville de Paris


DROIXHE, D., Etude quantitative et analyse interne de quelques bibliothèques liégeoises au XVIIIe siècle


GRIFFIN-COLLART, E., Empirisme, innéisme et intersubjectivité chez Thomas Reid


MAT-HASQUIN, M., Les influences anglaises en Europe occidentale au Siècle des Lumières


CHRONIQUE


L'Europe et les révolutions (1770-1800), volume VII, 1980

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "L'Europe et les révolutions (1770-1800)" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume VII, Editions de l'Université de Bruxelles, 1980.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Fr. Venturi : La première crise de l'Ancien Régime (1768-1776)

B. Kopeczi : Les idées et la réalité politique. L'absolutisme éclairé et les philosophes

E. Griffin-Collart : Le bon David, âme républicaine, entre deux révolutions

H. Hasquin : Cherté, interventionnisme et psychologie populaire : deux périodes de nervosité dans les Pays-Bas autrichiens (1767-69 et 1771-74)

H. Plard : Les écrivains allemands et la révolution d'Amérique (1775-1800)

J.-D. Candaux : La révolution genevoise de 1782 : un état de la question

M. Cabay et D. Droixhe : La genèse de la révolution de 1789 dans la littérature dialectale verviétoise

L. Dhondt : "La Cabale des Misérables" de 1790. La révolte des campagnes flamandes contre la révolution des notables en Belgique (1789-1790)

G. Lemarchand : Noblesse, élite et notabilité en France : aspects sociaux et politiques

R. Mortier : Une réflexion allemande sur les révolutions

L. Trénard : La contre-révolution dans la région lilloise (1789-1799)

N. Jonard : Le "jacobinisme" de Foscolo

J. Dierickx : Réflexions sur la traduction anglaise des "Ruines" et son influence.


L'influence française dans les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège au temps de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, volume VI, 1979

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "L'influence française dans les Pays-Bas autrichiens et la Principauté de Liège au temps de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume VI, Editions de l'Université de Bruxelles, 1979.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Fr. Souchal : L'influence française dans l'architecture des Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège au XVIIIe siècle

M. Frédéricq-Lilar : Les influences sur l'oeuvre de P.N. Van Reysschoot

P. Foriers : L'influence française dans l'illustration de la porcelaine de Tournai

P. De Zuttere : Charles Le Clercq, peintre bruxellois méconnu (1753-1821)

D. Jozic : François-Charles de Velbruck, prince-évêque francophile. Aperçu de l'influence de la France sous le règne d'un prélat éclairé (1772-1784)

P.-M. Gason : Théorie et pratique poétiques à Liège en 1778 : l'hommage de Saint Péravi à Voltaire et Rousseau

M. Mat-Hasquin : Les influences françaises dans l'oeuvre de l'abbé Duval-Pyrau

J. Smeyers : Voltaire dans la littérature néerlandaise des Pays-Bas autrichiens

R. Trousson : L'abbé F.-X. de Feller et les "Philosophes"

C. Bruneel : La diffusion du livre français à l'université de Louvain (1765-1777)

H. De Schampheleire : Verlichte lectuur te Antwerpen en Parijs in de 18e eeuw. Een comparatief quantitatief leesonderzoek naar Voltaire, Rousseau en de « Encyclopedie». (La lecture des Lumières à Anvers et à Paris au XVIIIe siècle. Un examen comparatif et quantitatif de la diffusion de Voltaire, de Rousseau et de l'Encyclopédie) (résumé français)

L. Dhondt : De l'influence des Lumières dans le comté de Flandre à la fin de l'ancien régime

N. Haesenne-Peremans et P. Delbouille : La présence française dans les bibliothèques liégeoises au XVIIIe siècle

H. Hasquin : Le français à Bruxelles entre 1740 et 1780. Premier essai de quantification.


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume V, 1978

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume V, Editions de l'Université de Bruxelles, 1978.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

PROGRAMME


CAMBIER, G ., Supplément à la Bibliographie des travaux d'André Boutemy sur le XVllIe siècle

 

1. HISTOIRE DES IDEES


MORTIER, R., Quand Monseigneur d'Hermopolis pastichait le « jargon philosophique »


ROBINET, A ., Lexicographie philosophique de « nature » dans la Profession de foi du Vicaire Saroyard

 

2 . LITTERATURE

 
LEMAIRE, J ., L'Apparicion Maistre Jean de Meun d'Honoré Bouvet et les Lettres persanes de Montesquieu. Points de convergence


MARX, J., Problèmes du roman au XVllIe siècle. Aspects de la modernité


MAT-HASQUIN, M ., Théâtre de J.-J. Rousseau : la genèse d'une vision du monde

 

3. BEAUX·ARTS


BLANKOFF, J., L'art de la médaille en Russie au XVIIIe siècle


FREDERICQ-LILAR, M., L'ancien Hôtel vander Meersche et son décor rocaille (Gand)


SCHREIDEN, P., A propos du cabinet des glaces du Belvédère inférieur

 

 

4. HISTOIRE, ECONOMIE ET INSTITUTIONS

 


JANSEN, A., Le Marquis de Croix et l'expulsion des Jésuites du Mexique en 1767


LEMAY, E.H., La majorité silencieuse de la Constituante : un microgroupe, les députés du Tiers Etat du Nord et du Pas-de-Calais


LOPE, H.-J., La ville de Bruxelles vue par Don Diego Alejandro de Gilvez


NAGELS, J., Quelques éléments économiques d'un stratégie de développement chez les physiocrates

 

DEROISY, A., Un aspect du maintien de l'ordre dans les Pays-Bas autrichiens après 1750 : la lutte contre le vagabondage

 

BASTIAENSEN, M ., Un drame maçonnique franco-allemand : « Le franc-maçon prisonnier »


Bruxelles au XVIIIe siècle, volume IV, 1977

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Bruxelles au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume IV, Editions de l'Université de Bruxelles, 1977.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

H. Hasquin : La population de l'agglomération bruxelloise au XVIIIe siècle

R. De Peuter : Note sur le grand commerce à Bruxelles à la fin de l'époque autrichienne

Ph. Moureaux : Le grand commerce à Bruxelles en 1771

J. Marx : L'activité scientifique de l'Académie Impériale et Royale des Sciences et Belles Lettres de Bruxelles, 1772-1794

A. Uyttebrouck : L'enseignement secondaire à Bruxelles à la fin de l'Ancien Régime

V.-G. Martiny : Charles de Wailly, architecte du roi de France et les premiers projets de construction d'un nouveau théâtre à Bruxelles

J. Smeyers : La littérature néerlandaise à Bruxelles au cours du XVIIIe siècle

J. Vercruysse : Journalistes et journaux

R. Mortier : Un dossier mystérieux : Benjamin Constant à Bruxelles (1774-1780)

J. Lemaire : Bruxelles et les Bruxellois dans un conte du début du XVIIIe siècle.


Les préoccupations économiques et sociales des philosophes, littérateurs et artistes au XVIIIe siècle, volume III, 1976

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds. : "Les préoccupations économiques et sociales des philosophes, littérateurs et artistes au XVIIIe siècle" in Etudes sur le XVIIIè siècle, Volume III, Editions de l'Université de Bruxelles, 1976.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

E. Briggs : La crise des idées à Paris entre 1727 et 1732 ou "Le Brigandage d'Embrun" et la défense des droits individuels contre le ministère et la monarchie

R. Darnton : Un commerce de livres "sous le manteau" en province à la fin de l'ancien régime

E. Hélin : Le caractère national comme révélateur de déterminismes sociaux

D. Brahimi : Restif féministe ? Etude de quelques "Contemporaines"

P. Charbonnel : Repères pour une étude du statut de la femme dans quelques écrits théoriques des "Philosophes"

H. Schurmans : Dom Deschamps et la communauté des femmes

D. Droixhe : Langage et société dans la grammaire philosophique de Du Marsais à Michaelis, Proudhon et le Rubicon

H. Hasquin : Voltaire démographe

H. Grange : Necker, défenseur du catholicisme

J.-J. Heirwegh : Léonard Defrance (1705-1805)

E. Lemay : La notion du travail à travers la littérature de voyages au XVIIIe siècle

L. Versini : Ignace de Wendel, ses idées politiques, économiques et sociales

J. Blankoff : L'oeuvre de N. Novikov et de A. Radichtchev dans la littérature russe du XVIIIe siècle

H. Plard : J.M.R. Lenz et la condition militaire

J. Proust : "Le joueur de flûte de Passy", Diderot et l'image du paysannat russe

L. Trenard : Les préoccupations économiques et sociales de Voltaire

P. Van Bever : L'abbé Galiani et les signes sociaux.


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume II, 1975

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume II, Editions de l'Université de Bruxelles, 1975.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

Introduction


MORTIER, R., CAMBIER, G., In memoriam André Boutemy ( 13 novembre 1910 - 3 avril 1974)

 

1. Beaux-Arts


FREDERICQ·LILAR, M., Bernard de Wilde et les caractères de l'architecture gantoise du XVllle siècle


SCHREIDEN, P., Dôme et tours, un phénomène de baroquisation


SOUCHAL, FR., Les chevaux de Marly

 

2. Littérature


LEMAIRE, J., Parny et la franc-maçonnerie


MORTIER, R., Charles Duclos et la tradition du « roman libertin »


PLARD, H., Un anti-Candide Danois : le Panthakak de Johannes Ewald


WEISGERBER, J., Aspects de l'espace romanesque : l'Histoire du Chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut

 

3. Sciences


DARQUENNE, R., Théorie de la santé et de la maladie à la fin du XVllle fin du siècle


DEBEVER, R., Du dialogue d'Alembert-Diderot ? Un trait d'esprit à propos de la quatrième dimension


DE BROUCKERE, L., La politique scientifique en France au XVIIIe siècle


MARX, J., Du mythe à la médecine expérimentale : le tarentisme au XVIIIe siècle

 

4. Economie


HASQUIN, H., Quelques précisions sur l'oeuvre de l'abbé Expilly


HEIRWEGH, J.-J., « Emotion » et répression dans les Pays-Bas autrichiens : un exemple flamand


NAGELS, J., La politique des « bons prix » des physiocrates


ARNOULD, M.-A., Note sur les activités industrielles de l'abbaye de Waulsort et sur la fabrication des cartes à jouer en Belgique au XVllle siècle


Etudes sur le XVIIIe siècle, volume I, 1974

MORTIER Roland, HASQUIN Hervé, éds., Etudes sur le XVIIIe siècle, Volume I, Editions de l'Université de Bruxelles, 1974.


    Version pdf texte sous image

Table des matières

 

1. Littérature

BASTIAENSEN, M., Adrien Reland et la justification des études orientales (1701)


MARX, J., Le réalisme de Restif de la Bretonne


MORTIER, R., Deux poètes des ruines au XVIIIe siècle


TROUSSON, R., Jean-Jacques et les biographes

 

2. Idées

BASTIEN, M., Pierre Bayle, source de Dom Deschamps .


PLARD, H., Les équivoques de Knigge, Notes sur �?ber den Umgang mit Menschen


ROBINET, A., L'utopie métaphysique de Deschamps contre "l'éloquence" de Rousseau


STENGERS, J., Buffon et la Sorbonne

 

3. Economie. Institutions

 

ARNOULD, M.-A., Une entreprise monastique au XVIIIe siècie : la papeterie de Bonne-Espérance


HASQUlN, H., Jacques Accarias de Serionne, économiste et publiciste français au service des Pays-Bas autrichiens


MOURE AUX, PH., Charles de Cobenzl, homme d'état moderne

 

4. Beaux-Arts

 

BOUTEMY, A., Evolution du secrétaire à cylindre d'Oeben à Riesener


FREDERICQ-LILAR, M., L'Enseigne de Gersaint ou la poésie du réel


SCHREIDEN, P., Jacques Van Schuppen


VAN BEVER, P., Parole et Musique à l'aube des Lumières


©2006-2011 - Université Libre de Bruxelles - Archives & Bibliothèques

Dernière mise à jour : 21 mars 2017